HALIFAX — Un patelin de la région de Halifax fondé il y a deux siècles par des réfugiés noirs qui échappaient à l’esclavage aux États-Unis a été désigné «site patrimonial» par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

La communauté rurale de Beechville comprend encore aujourd’hui des lots de terrains où s’étaient jadis installés des réfugiés noirs pendant la guerre de 1812 entre les États-Unis et l’Angleterre.

Des membres de la communauté avaient demandé cette désignation patrimoniale lorsqu’un promoteur immobilier a souhaité que l’on subdivise les lots.

Le ministre des Affaires afro-néo-écossaises, Tony Ince, a confirmé la désignation patrimoniale mardi, lors d’une cérémonie à l’église baptiste de Beechville.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse promet qu’il veillera à ce que «les éléments qui définissent le caractère du site soient préservés pour les générations futures».

Selon le site internet de l’église baptiste de Beechville, les premiers loyalistes noirs étaient arrivés à Halifax en 1816, et la province leur avait accordé 1000 acres de terres à cet endroit pour s’y installer.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!