National

Un village fondé par des esclaves sera protégé

HALIFAX — Un patelin de la région de Halifax fondé il y a deux siècles par des réfugiés noirs qui échappaient à l’esclavage aux États-Unis a été désigné «site patrimonial» par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

La communauté rurale de Beechville comprend encore aujourd’hui des lots de terrains où s’étaient jadis installés des réfugiés noirs pendant la guerre de 1812 entre les États-Unis et l’Angleterre.

Des membres de la communauté avaient demandé cette désignation patrimoniale lorsqu’un promoteur immobilier a souhaité que l’on subdivise les lots.

Le ministre des Affaires afro-néo-écossaises, Tony Ince, a confirmé la désignation patrimoniale mardi, lors d’une cérémonie à l’église baptiste de Beechville.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse promet qu’il veillera à ce que «les éléments qui définissent le caractère du site soient préservés pour les générations futures».

Selon le site internet de l’église baptiste de Beechville, les premiers loyalistes noirs étaient arrivés à Halifax en 1816, et la province leur avait accordé 1000 acres de terres à cet endroit pour s’y installer.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *