TORONTO – Les membres de l’Association des employés gestionnaires, administratifs et professionnels de la Couronne de l’Ontario (AMAPCEO) ont entériné, jeudi, une entente de principe avec le gouvernement, qui comprend le fameux gel de salaire de deux ans.

L’AMAPCEO a indiqué que 71 pour cent des 10 000 fonctionnaires qu’elle représente s’étaient prononcés en faveur de l’entente.

Le gouvernement ajoute que l’entente prévoit la restructuration de la rémunération au mérite, des indemnités à court terme pour cause de maladie, et des congés payés. Il estime que l’accord lui permettra d’économiser 55 millions $ en deux ans.

Ces employés du secteur public étaient sans contrat de travail depuis le 31 mars dernier.

Par ailleurs, la Fédération des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario a suggéré à ses 76 000 membres de limiter la longueur des commentaires qu’ils écriront sur les prochains bulletins de leurs élèves, a appris La Presse Canadienne.

L’avis constitue la plus récente suggestion du syndicat, qui prône le retrait des activités volontaires pour protester contre la loi controversée qui prévoit un gel des salaires, une réduction des bénéfices et le retrait du droit de grève.

La source souligne que la demande du syndicat n’est qu’une suggestion, et que les enseignants sont libres d’y adhérer ou non.

Le Parti libéral au pouvoir a déposé le projet de loi, qui a été appuyé par l’opposition conservatrice. Les libéraux tentent à présent de regagner l’appui des organisations qui ont contribué à leur réélection, année après année, depuis neuf ans.

Plus tôt cette semaine, le premier ministre Dalton McGuinty a tenté de calmer le jeu et de gagner du temps en prorogeant le Parlement et en annonçant sa démission.

M. McGuinty a évoqué une période de retour au calme qui permettra aux libéraux de négocier avec les syndicats et les partis d’opposition le gel des salaires de près de 500 000 employés du secteur public.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!