Paul Chiasson/La Presse Canadienne Chris Hadfield

Depuis qu’il a quitté la stratosphère le 19 décembre 2012 pour un périple de 5 mois à bord de la station spatiale internationale, l’astronaute canadien Chris Hadfield a fait un grand pas sur la Twittosphère.

En effet, si la toute première conférence de presse de Hadfield, en direct de la Station spatiale internationale (SSI), jeudi, a permis d’entendre sa voix, sa présence sur Twitter permet depuis déjà quelques semaines de jeter un regard unique sur la Terre et le quotidien des astronautes.

Les clichés pris de la planète par Hadfiled et publiés sur Twitter circulent abondamment et ne manquent pas de faire écho à l’actualité. Ce sont, par exemple, des photos des feux de forêt en Australie. Il y aussi les clichés de la vie quotidienne comme ce petit-déjeuner de lait en poudre et autres machins déshydratés de ce qui devaient être des céréales dans une autre vie. Ou encore la réparation de la tuyauterie pour filtrer l’urine.

«Ça permet de montrer le côté humain à tout ça, a déclaré Hadfield lors de conférence de presse retransmise à l’Agence spatiale canadienne de Saint-Hubert, à Longueuil. C’est aussi l’occasion de montrer que notre travail est important et utile», a ajouté l’ingénieur de formation alors que son micro gravitait devant lui tout en tournant.

Grâce au compte Twitter de Hadfield, l’espace n’est plus si lointain. À des milliers de kilomètres de la terre ferme, il répond même aux questions de ses 160 000 abonnés, dont le comédien William Shatner, alias capitaine Kirk de la série Star Trek.

Nul doute, les médias sociaux (et le charisme de l’homme, il faut bien le dire) ravivent l’intérêt et la fascination pour les voyages spatiaux. Si on s’intéresse tant à cette mission, c’est aussi parce que Hadfiled, qui en est à sa troisième sortie dans l’espace, deviendra en mars prochain le tout premier Canadien à occuper les fonctions de commandant de la SSI.

En conférence de presse, Hadfield a brièvement abordé les expériences scientifiques qui sont menées à bord de la SSI, notamment sur les fluides et la gravité. Selon lui, le savoir-faire du Canada est respecté et sa contribution aux travaux de la station est reconnue. Il a toutefois insisté pour dire que les travaux et réalisations à station sont le fruit d’une collaboration internationale.

En bon Canadien, Hadfield, qui a répondu aux questions aussi bien en anglais qu’en français, a comparé le travail d’équipe de la SSI à celui d’une équipe de hockey. Et tant qu’à mentionner le sport national, il a dû s’expliquer sur une photo de lui et du logo des Maple Leafs de Toronto publié pour la fin du lock-out de la Ligue nationale de Hockey, le 6 janvier dernier. Depuis mon enfance je suis loyal au Leafs», s’est justifié le quinquagénaire.

Mais comme l’a souligné Mike Lake, un député conservateur albertain, la dernière coupe Stanley des Maple Leafs remonte à 1967… deux ans avant que l’homme ait marché sur la lune en 1969.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus