MONTRÉAL – Les syndicats d’Hydro-Québec se disent déçus du gouvernement Marois.

Les six formations syndicales, qui représentent 18 000 travailleurs, digèrent mal le lancement, vendredi dernier, de l’appel d’offres pour l’attribution de 800 mégawatts pour de nouveaux projets éoliens en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et dans le Bas-Saint-Laurent.

Dans un communiqué diffusé mardi matin, le vice-président du SCFP-Québec pour le secteur énergie, Benoît Bouchard, a dénoncé cette annonce, qui vient selon lui contredire l’engagement de nationaliser le développement futur de l’énergie éolienne, lequel figurait dans le programme électoral du Parti québécois.

M. Bouchard croit que des emplois seraient maintenus si Hydro-Québec assumait le développement de la filière éolienne, qui représente à ses yeux un potentiel important. Se basant sur l’hydroélectricité, il prétend qu’il est primordial de développer une expertise proprement québécoise dans ce domaine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!