TORONTO – Les Canadiens s’inquiètent davantage de la protection de leur vie privée en ligne que les citoyens d’autres pays, mais ils sont également moins portés à poser des gestes pour sécuriser leurs informations personnelles, révèle une nouvelle étude.

Près des deux tiers des Canadiens interrogés ont dit croire que leur vie privée était moins protégée que l’an dernier, selon une étude de la compagnie informatique EMC, qui a mené des coups de sonde en ligne auprès de 15 000 internautes dans 15 pays. À l’échelle mondiale, cette proportion atteint 59 pour cent.

Les Canadiens étaient les deuxièmes moins susceptibles de dire qu’ils seraient prêts à céder une partie de leur anonymat en échange d’un «accès plus facile aux informations et au savoir», derrière les répondants allemands.

Environ 85 pour cent des Canadiens interrogés ont dit croire qu’il serait plus difficile de s’accrocher à un niveau sécuritaire de protection de la vie privée en ligne au cours des cinq prochaines années, comparativement à 81 pour cent de tous les répondants.

Les Canadiens ont toutefois reconnu qu’ils pourraient en faire plus pour se protéger eux-mêmes sur la Toile. Près de 70 pour cent d’entre eux ont admis ne pas changer régulièrement leurs mots de passe, contrairement à la moyenne mondiale de 62 pour cent.

Une personne interrogée sur trois a aussi dit ne pas penser à modifier ses paramètres de sécurité lorsqu’elle s’inscrit à un réseau social, un résultat similaire à la moyenne planétaire.

Et environ le quart des Canadiens ont reconnu ne pas avoir installé de mot de passe pour protéger leur téléphone, contre 39 pour cent des répondants totaux.

Les répondants canadiens ont aussi admis qu’ils relâchaient parfois leur vigilance sur le web, bien que 56 pour cent d’entre eux aient déjà été victimes d’un vol de données, soit deux points de pourcentage de plus qu’à l’échelle mondiale.

Une majorité des répondants se disent par ailleurs déçus des efforts de leurs gouvernements pour aider à protéger leurs informations sur Internet. Seulement 41 pour cent des personnes interrogées partout dans le monde disent croire que l’État travaille suffisamment fort pour les protéger en ligne, contre 45 pour cent des Canadiens.

La quasi-totalité des Canadiens sondés — 92 pour cent — ont dit croire qu’il devrait être illégal, pour les compagnies oeuvrant en ligne, de vendre leurs données sans leur consentement, tandis que la moyenne mondiale est un peu en-dessous, à 87 pour cent.

Les sondages Internet ne sont pas basés sur un échantillon probabiliste, et ne sont donc pas nécessairement représentatifs de l’ensemble de la population.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!