Andrew Vaughan Richard Hurlburt Nancy Hurlburt. Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

YARMOUTH, N.-É. – Un ex-ministre conservateur provincial de la Nouvelle-Écosse a présenté ses excuses à sa famille et aux citoyens de sa circonscription, jeudi, après avoir plaidé coupable à deux accusations de fraude et d’abus de confiance, dans le cadre d’un scandale de dépenses qui a éclaté il y a deux ans et qui secoue toujours la législature provinciale.

Richard Hurlburt a enregistré sa plaidoirie jeudi matin en Cour suprême de Nouvelle-Écosse à Yarmouth, la plus importante municipalité de son ancienne circonscription.

«Je prends l’entière responsabilité de mes actes», a-t-il dit devant les journalistes qui s’étaient massés à l’extérieur de la salle d’audience.

Le procureur de la Couronne Andrew Macdonald a refusé de préciser quelle peine serait suggérée dans le cas de Richard Hurlburt lors de l’audience qui doit avoir lieu le 5 juillet à Yarmouth.

M. Hurlburt faisait face à cinq chefs d’accusation, mais trois d’entre eux, qui concernaient l’emploi de documents contrefaits, ont été retirés en échange de son plaidoyer de culpabilité aux accusations de fraude et d’abus de confiance.

«Il comprend la nature et les conséquences de son plaidoyer, a précisé l’avocat. Il l’a enregistré de façon volontaire.»

M. Hurlburt, qui a été ministre dans le cabinet de John Hamm, est au nombre des quatre politiciens accusés en février 2011 après que le Vérificateur général de la province eut demandé à la GRC d’enquêter sur des allégations d’usage inapproprié de fonds publics.

En février dernier, l’avocat de Richard Hurlburt avait indiqué que son client désirait assumer ses responsabilités devant ses électeurs du sud de la Nouvelle-Écosse.

À ce moment, le procureur de la Couronne Macdonald avait révélé que les gestes reprochés à l’ancien ministre étaient reliés à des réclamations pour des dépenses qu’il n’avait pas effectuées, sans donner plus de détails.

Hurlburt est le deuxième ex-politicien à plaider coupable dans le cadre de ce scandale.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!