SAO PAULO – Le gouvernement du Québec et l’État brésilien de Sao Paulo ont conclu jeudi une entente pour intensifier les occasions d’affaires et les recherches dans le domaine des technologies propres.

Le protocole d’intention prévoit l’élaboration d’un plan d’action au cours des deux prochaines années.

Au coeur de ce partenariat se trouve la grappe indutrielle Écotech Québec, un organisme qui regroupe 400 entreprises québécoises des technologies propres.

Les entreprises membres d’Écotech sont notamment actives dans les secteurs de la gestion de matières résiduelles, du traitement des eaux et de l’hydro-électricité.

Avant la ratification officielle de l’entente, le président et chef de la direction d’Écotech, Denis Leclerc, a raconté mercredi que l’État de Sao Paulo souhaitait développer une grappe industrielle semblable.

«C’est une alliance qui va accélérer les occasions d’affaires et de recherche entre l’État de Sao Paulo et le Québec», a-t-il dit en marge d’une mission au Brésil dirigée par le premier ministre Jean Charest.

M. Leclerc a affirmé que Sao Paulo a aussi besoin de développer des expertises dont le Québec bénéficie.

«Les matières résiduelles, c’est un enjeu important, efficacité énergétique, ça fait partie de leurs priorités, a-t-il dit. Alors il y a un potentiel de collaboration.»

Le protocole a été signé par M. Charest et le gouverneur de l’État de Sao Paulo Geraldo Alckmin, à l’occasion de la Conférence des chefs de gouvernement des régions partenaires, dont les deux juridictions sont membres.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!