TORONTO – Un nouveau sondage canadien suggère qu’un quart des répondants seraient prêts à renchérir lorsqu’ils achètent une maison.

La consultation en ligne a été effectuée le mois dernier auprès de 1000 propriétaires de maisons et de condominiums par la firme Léger Marketing pour le compte de la Banque de Montréal.

Le coup de sonde a permis de découvrir que 75 pour cent des gens interrogés ne sont pas intéressés à renchérir sur une maison qu’ils désirent acheter.

Toutefois, la moitié de ceux qui se disent prêts à se mesurer à d’autres acheteurs admettent envisager de verser jusqu’à 10 pour cent de plus que le prix courant.

Un plus petit pourcentage encore irait même jusqu’à 20 pour cent au-dessus du prix demandé.

Parmi ce groupe réduit, les hommes seraient davantage portés que les femmes à payer 120 pour cent du prix d’une maison.

Ainsi, seule une femme sur cinq (20 pour cent) irait jusqu’à payer un tel supplément, comparativement à environ un homme sur trois (34 pour cent).

Les répondants de l’Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan sont les plus susceptibles de payer plus cher que le prix de vente. Les habitants du Québec et des provinces Atlantiques, à l’opposé, sont les moins enclins à renchérir sur le prix d’une habitation.

Le coup de sonde a été mené du 19 au 22 mars. Un échantillon de cette taille est considéré fiable à plus ou moins 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Les données régionales comportent une marge d’erreur plus importante.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!