Yves Provencher/Métro À Montréal, l’assemblée est prévue pour le 26 mai.

Les États généraux sur la souveraineté du Québec risquent-ils de tomber à plat? Lundi, lors de la présentation du document, qui servira cet été de base aux assemblées publiques, seuls deux médias étaient présents.

À l’automne pourtant, les médias avaient largement couvert les débats entourant la mise en place de ces États généraux, dans un contexte où le mouvement souverainiste risquait d’imploser. Aujourd’hui, les dissensions internes se sont tues au sein du Parti québécois et l’urgence d’agir semble moindre.

Un avis que ne partage pas l’acteur et musicien Sébastien Ricard, qui participe à l’organisation de cet événement. «C’est faux de dire qu’il n’y a pas d’intérêt pour la souveraineté. On note actuellement un regain d’intérêt pour la politique et entre les manifestations, il est important d’entretenir une réflexion de fond sur la question de la pertinence de la souveraineté», ajoute le membre du groupe Loco Locass.

Le calendrier provisoire des assemblées publiques compte actuellement une dizaine de dates. Elles devraient débuter le 12 mai à Valleyfield et se terminer un mois plus tard à Rivière-du-Loup. À Montréal, l’assemblée est prévue pour le 26 mai. «Tous les citoyens et citoyennes, ainsi que les organisations de la société civile sont invités à donner leur opinion sur l’avenir du Québec», déclare Tania Kontoyanni, porte-parole du comité d’organisation.

Pour alimenter la réflexion, le comité à rédigé un document de réflexion d’une trentaine de passages, qui dresse un portrait sombre de la place du Québec au sein du Canada. On y présente un Canada dont le centre de gravité se déplace vers l’Alberta. Où la voix du Québec n’est pas entendue que ce soit en matière d’environnement et de culture. Où le gouvernement fédéral empiète sur les juridictions provinciales en matière de santé et d’éducation et où 70% des Canadiens sont contre l’octroi de plus de pouvoir au Québec.

«Oui il est temps de choisir, entre assimilation tranquille et liberté, entre subordination et émancipation nationale, entre Québec-province et Québec-pays», écrivent les membres du comité, qui appellent tous les citoyens à débattre.

Cette nouvelle étape dans la tenue d’états généraux sur la souveraineté du Québec a été saluée par le Parti québécois qui a indiqué qu’il participerait aux échanges, mais qu’il serait surtout à l’écoute.

Pour plus de renseignements, visitez le site des États généraux sur la souveraineté du Québec.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!