Archives Métro

MONTRÉAL – Le Syndicat des communications de Radio-Canada affirme être toujours dans l’attente d’informations plus précises, 20 jours après l’annonce des compressions budgétaires touchant la société d’État.

Le 4 avril dernier, CBC – Radio-Canada a annoncé la suppression de 650 postes d’ici trois ans, dont 473 cette année. On savait alors que Radio-Canada International, surtout, serait touché.

Des 473 postes qui devaient être supprimés durant le présent exercice budgétaire, 215 devaient l’être à CBC, 153 à Radio-Canada et 105 dans les services dits institutionnels.

Les employés du service anglais de Radio-Canada en ont appris davantage sur les services et émissions qui seraient touchés par les compressions, mais au dire du président du Syndicat des communications de Radio-Canada, Alex Levasseur, il n’en est pas de même pour les services français de Radio-Canada.

Joint au téléphone mardi, M. Levasseur a dit être encore dans les limbes, 20 jours plus tard, quant à savoir quelles émissions seront supprimées ou affectées, donc quels employés seront touchés.

Il a toutefois souligné que trois rencontres sont prévues la semaine prochaine avec un comité de reclassement.

Les syndicats de Radio-Canada ont d’ailleurs constitué un front commun et rencontreront les médias, mercredi à Montréal. Ces quatre syndicats sont celui des réalisateurs, celui des techniciens et artisans (STARF), celui des communications, affilié à la CSN, et la section locale 675 du Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ).

Ils affirment qu’ils sont ainsi réunis «pour la première fois de leur histoire en front commun», eux qui représentent presque l’ensemble des employés du réseau français de Radio-Canada, soit 4000 syndiqués.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!