Getty Images

MONTRÉAL – Les pharmaciens propriétaires pressent Québec d’augmenter leurs honoraires pour compenser une nouvelle baisse du prix des médicaments génériques qui se profile à l’horizon.

«On ne peut pas s’opposer à ce que les médicaments soient plus accessibles à la population», a déclaré mardi Vincent Forcier, porte-parole de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires, au cours d’un entretien téléphonique.

«Par contre, il va aussi falloir prendre conscience à un moment donné que ces baisses-là ont un impact sur l’économie des pharmacies en général», a-t-il ajouté.

Depuis 2010, le prix des médicaments génériques est passé d’un maximum de 50 pour cent du prix des médicaments brevetés comparables à un maximum de 25 pour cent.

Vendredi dernier, le gouvernement ontarien a annoncé qu’il ferait passer cette limite à 20 pour cent pour les 10 médicaments génériques les plus vendus.

Or, pour les produits qu’il achète en vertu de son programme d’assurance médicaments, le gouvernement du Québec oblige les fabricants de génériques à lui offrir le meilleur prix en vigueur au Canada.

Québec devrait donc, en principe, emboîter le pas à la décision ontarienne, mais Natacha Joncas-Boudreau, porte-parole du ministre de la Santé, Yves Bolduc, s’est bornée à dire mardi que le gouvernement allait «suivre la situation de très près».

Les pharmaciens propriétaires du Québec réclament depuis deux ans une hausse des honoraires professionnels que leur verse le gouvernement pour l’exécution des ordonnances couvertes par l’assurance médicaments. Ces honoraires oscillent actuellement entre 7,89 $ et 8,44 $ par médicament prescrit.

Les pharmaciens soulignent qu’en Ontario, le gouvernement a augmenté les honoraires dans la foulée des baisses de prix des génériques.

Il faut toutefois noter qu’au Québec, quand il s’agit de médicaments payés par les assureurs privés, les honoraires des pharmaciens sont compris dans les prix de vente.

Les pharmaciens ont donc pu compenser le gel des honoraires versés par le gouvernement en ne reflétant que partiellement, pour les médicaments payés par les assureurs privés, les baisses de prix des génériques.

Les réductions de prix des génériques décrétées au cours des dernières années ont néanmoins eu un impact négatif sur les résultats des exploitants de pharmacies comme Jean Coutu (TSX:PJC.A), Shoppers Drug Mart (TSX:SC) et Metro (TSX:MRU).

Le cours de l’action de Shoppers (Pharmaprix) a d’ailleurs perdu quatre pour cent depuis le début de la semaine en raison notamment de la décision ontarienne.

De son côté, l’Association canadienne du médicament générique a qualifié de «projet inconsidéré» l’annonce de Queen’s Park et demande son annulation.

Selon l’association, de nouvelles réductions de prix pourraient avoir pour effet d’«éliminer des acteurs du marché de certains produits, risquant de compromettre encore davantage l’approvisionnement en médicaments génériques, en Ontario et ailleurs au Canada».

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus