FRED CHARTRAND/PC Thomas Mulcair

TORONTO – Dénonçant l’abolition d’organismes de recherche et le contrôle strict des documents publics, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair a promis, dimanche, de lever le voile de mystère qui entoure la colline parlementaire depuis l’arrivée au pouvoir de Stephen Harper.

Lorsqu’il s’agit de garder des renseignements d’intérêt public secrets, le gouvernement conservateur n’a pas son pareil au pays, a déclaré M. Mulcair lors du congrès annuel de l’Association canadienne des journalistes à Toronto.

«Nous, les politiciens, nous avons la mauvaise habitude de dire que chaque gouvernement assis en face de nous au Parlement est le pire de l’histoire du Canada. Mais c’est finalement devenu vrai», a affirmé le leader de l’Opposition officielle.

Thomas Mulcair a soutenu que, en supprimant des organismes comme la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie, dont le rôle principal est de produire des statistiques, les conservateurs vont plus loin que le simple contrôle de l’information.

«Le gouvernement veut éviter que des données dérangeantes soient générées dès le départ», a-t-il indiqué.

Selon M. Mulcair, le NPD continuera de se battre pour la transparence, même si cela signifie que le parti devra se mettre lui-même sur la sellette.

Le dirigeant néo-démocrate a tenu ces propos un jour après que l’Association eut remis au gouvernement Harper le prix de la Loi du silence, qui est attribué au gouvernement ou à l’organisme public le plus secret du pays.

Les conservateurs ont mis en place un programme de trois ans visant à assurer une plus grande transparence à Ottawa mais leurs adversaires, dont le NPD, ont soutenu n’avoir vu aucun changement.

Le programme prévoit notamment moderniser la Loi sur l’accès à l’information en permettant de présenter des requêtes en ligne, créer une bibliothèque virtuelle pour les documents gouvernementaux, améliorer la tenue d’archives, rendre accessible davantage de matériel archivistique et renforcer la publication des données du gouvernement.

Si le NPD approuve certaines de ces propositions, M. Mulcair croit que ce n’est pas suffisant pour compenser les mesures répressives privilégiées par les conservateurs en matière de communication.

«Ni les besoins des néo-démocrates ni ceux des Canadiens ne seront satisfaits par quelques gadgets en ligne», a-t-il dit. «L’accès à l’information ne s’améliorera pas sans que l’on exerce une forte pression.»

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus