Archives Métro Pauline Marois

QUÉBEC – La chef péquiste Pauline Marois met en garde les Québécois contre les «amalgames» dans le conflit étudiant.

Dans un discours au conseil général de son parti à Québec samedi, elle a clairement condamné les violences survenues vendredi à Victoriaville, sur les lieux du conseil général du PLQ. Jean Charest l’a longtemps accusée de ne pas condamner assez fermement la violence dans le mouvement étudiant et cette fois, elle a tenu de nouveau à s’en dissocier.

«Ceux qui cassent les vitres, ceux qui posent des gestes violents, qui commettent des actes criminels, ce sont des voyous et il faut les traiter comme tels», a-t-elle appuyé.

Toutefois, il ne faut pas confondre les casseurs avec la jeunesse québécoise qui manifeste paisiblement, a-t-elle ajouté, comme le 22 mars dernier, lorsqu’une foule estimée à 200 000 personnes a marché dans les rues de Montréal pour protester contre la hausse des droits de scolarité.

«Attention aux amalgames! a-t-elle prévenu. Ces voyous n’ont rien à voir avec la jeunesse québécoise. Nos jeunes, ils sont dynamiques, intelligents, allumés et généreux.»

Présent au conseil général, le syndicaliste Marc Laviolette, une des figures les plus militantes du PQ, a aussi déploré les incidents, tout en décochant une flèche vers le gouvernement. La situation lui rappelle les grèves étudiantes contre la guerre du Vietnam à la fin des années soixante.

«Un conflit social qui pourrit, dégénère et le gouvernement a tout fait pour qu’il dégénère, a-t-il dit dans un point de presse. M. Charest, qu’est-ce que sa non-négociation fait? C’est rendu qu’il y a de la police partout sur les campus. M. Charest attend-il qu’il y ait un mort?»

Sur le blitz de négociations entre étudiants et le gouvernement qui se poursuit sans interruption depuis vendredi après-midi, le leader parlementaire péquiste, Stéphane Bédard, estime que le gouvernement essaie de faire du rattrapage dans une situation qu’il a d’ailleurs laissé pourrir. Les libéraux sont en train de perdre la face, a-t-il jugé.

«On a perdu deux mois et demi qui ont coûté cher aux Québécois, qui ont coûté cher à la paix sociale, a-t-il dit en point de presse avant le début du conseil général. Nous souhaitions depuis le début que le gouvernement s’assoit avec les étudiants, et il a refusé. Hier (vendredi), il a fait une volte-face, il aurait dû le faire bien avant.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!