Sean Kilpatrick Stephen Harper Donald Tusk. Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

OTTAWA – L’euro, une devise durement malmenée ces temps-ci, a eu droit à une profession de foi de la part du premier ministre polonais Donald Tusk, qui était de passage à Ottawa lundi.

Le dirigeant a déclaré que son pays était toujours prêt à adopter l’euro, et ce, malgré les déboires financiers qui sévissent en Europe.

La Pologne s’est plutôt bien tirée de la crise économique et continuera à travailler de pair avec l’Union européenne (UE) afin de redonner de la vigueur à la devise, qui a cours dans 17 des 27 pays membres de l’UE.

M. Tusk a estimé que l’avenir de l’Europe dépend de cette monnaie commune, malgré la tempête politique et économique qui fait rage en Grèce.

En raison de la crise qui sévit actuellement dans ce pays, la possibilité d’exclure la nation européenne de la zone euro a été soulevée dernièrement.

La Pologne s’est engagée à rejoindre la zone euro lorsqu’elle est devenue membre de l’UE, et «rien n’a changé à cet égard», a assuré Donald Tusk à l’issue d’une rencontre avec le premier ministre canadien.

«La seule chose qui a changé est la réputation de la zone euro», a-t-il exposé.

L’économie européenne s’est imposée comme un thème important au cours de la rencontre entre les deux dirigeants.

Mais Stephen Harper est demeuré muet sur le sort qui devrait être réservé à la Grèce, plaidant qu’il revenait aux dirigeants européens, et non à lui, de se prononcer là-dessus.

«Ce n’est pas à moi de dire aux Européens comment résoudre leurs problèmes au sein de l’Union européenne», a-t-il dit.

«Évidemment, ces problèmes demeurent sérieux. Ils sont là depuis le début de la crise financière et économique. Et il est essentiel que l’on s’y attaque», a poursuivi le premier ministre canadien.

Stephen Harper et Donald Tusk ont profité de cette rencontre pour assister, lundi, à la signature d’une nouvelle convention fiscale. Les deux dirigeants ont également conclu un partenariat énergétique élargi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!