OTTAWA – Environ 99 000 personnes ont été victimes de violence familiale en 2010 au Canada. Selon des données déclarées par la police et relevées par Statistique Canada, plus de 26 000 de ces victimes vivaient au Québec.

L’agence fédérale souligne que près de la moitié des affaires de violence recensées au pays ont été commises par un conjoint ou une conjointe. Par ailleurs, 17 pour cent des cas ont été perpétrés par un parent, 14 pour cent par un membre de la famille élargie, 11 pour cent par un frère ou une soeur et neuf pour cent par un enfant, habituellement un enfant adulte.

Contrairement aux autres formes de violence, le risque d’être victime d’une affaire de violence familiale était plus du double chez les personnes de sexe féminin que chez les personnes de sexe masculin. Ainsi, en 2010, les femmes de 15 ans et plus constituaient 81 pour cent des victimes de violence conjugale déclarée par la police.

Parmi les provinces, l’Ontario a enregistré le plus faible taux de violence familiale déclarée par la police. Il se situait à 196 victimes pour 100 000 habitants, comparativement à 333 au Québec et 319 au Nouveau-Brunswick. Les territoires, la Saskatchewan et le Manitoba ont affiché les taux les plus élevés.

Dans la région métropolitaine de Montréal, le taux de victimes atteignait 315 pour 100 000 habitants, comparativement à 301 à Saguenay, 288 à Québec et Trois-Rivières et 257 à Moncton.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!