Yves Provencher/Métro

Vélo Québec relance pour sa seconde année sa campagne de sensibilisation. Le message : « Pour un meilleur partage de la route ».

Vélo Québec, le ministère des Transports du Québec, la Société de l’ssurances automobile du Québec et Canadian Automobile Association-Québec se sont réunis dans les locaux de Vélo-Québec pour présenter le nouveau volet de leur campagne. Cette réactualisation est lancée à l’occasion de la semaine nationale des transports.

Capsules télé et radio, large campagne d’affichage et présence continue sur les réseaux sociaux… Sylvie Lemieux de la SAAQ a souligné «le sérieux de cette mission commune pour améliorer la sécurité.»

Plus de 4 millions de cyclistes empruntent chaque année les rues de Montréal. Selon la SAAQ, le nombre de victimes cyclistes a baissé de 9,6% entre 2006 et 2011. Cependant, la cohabitation reste encore aujourd’hui problématique.

Le but est de rappeler que la route appartient à tout le monde. «Dans une même journée, on peut être piéton, cycliste et automobiliste, il faut savoir adapter son comportement», assène Suzanne Lareau, présidente-directrice-générale de Vélo-Québec. Elle a aussi abordé les problèmes d‘aménagement urbain aux croisements des rues Ontario/Berri et de Parc/Mont-Royal.

De nouvelles villes (Gatineau, Rimouski, Saguenay) se sont aussi ajoutées en tant que partenaire, un rappel que les dangers à vélo ne sont pas un problème montréalais, mais bien un problème national.

Limites de vitesse en question
La PDG de Vélo Québec Suzanne Lareau a souligné les problèmes d‘aménagements urbains aux croisements des rues Ontario et Berri ainsi que des avenues du Parc et Mont-Royal. «Une intersection comme celle de Berri voit près de 6 000 personnes par jour. Mais c’est la vitesse des cyclistes et des automobilistes qui est à la source du problème, pas le traffic», a-t-elle insisté.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus