CALGARY – Alison Redford a bien hâte de devenir, en fin de semaine, la première premier ministre de l’Alberta à assister aux célébrations de la fierté gaie à Edmonton.

Elle dit ne pas comprendre pourquoi il a fallu tant d’années pour qu’un premier ministre y assiste.

«Je peux simplement parler de ce que je suis, de ce que je pense, et de ce que je crois», a-t-elle déclaré mercredi.

«J’ai toujours été en faveur de la diversité et de l’égalité des droits pour les gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres, ainsi que pour tous les autres Albertains.»

«En tant que première ministre, je suis très fière de participer à cet événement.»

Elle dit croire que l’ensemble des Albertains voient les choses de la même façon et veulent vivre dans une communauté respectueuse, tolérante et ouverte.

Mme Redford doit se rendre au centre-ville d’Edmonton samedi pour saluer la foule au terme du défilé de la fierté gaie.

Danielle Smith, chef du parti de l’opposition, le Wildrose, doit aussi participer aux célébrations qui commenceront vendredi et se termineront une semaine plus tard, le 17 juin.

Le parti de Mme Smith a été accusé d’homophobie lors de la récente campagne électorale provinciale, lorsqu’est apparue sur le web la vidéo d’un candidat qui disait que les homosexuels allaient brûler dans un lac de feu.

Bien que Mme Smith se dit en faveur du mariage gay, elle a défendu le droit d’Allan Hunsperger d’avoir des convictions religieuses.

Alison Redford a d’ailleurs attaqué sa rivale sur cette prise de position, affirmant à l’époque que si M. Hunsperger avait été un progressiste-conservateur, elle l’aurait expulsé de son équipe.

Mme Smith, de son côté, a parlé de cet incident comme l’une des nombreuses gaffes survenues dans les derniers jours de la campagne et qui ont aidé les troupes progressistes-conservatrices à obtenir un nouveau mandat majoritaire.

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus