OTTAWA – Quatre jours de négociations à la conférence internationale de deux semaines sur le climat à Paris, la COP21, ont permis de retirer seulement quatre pages de l’ébauche de texte d’accord de 54 pages.

La conférence commanditée par les Nations unies s’est ouverte avec une note d’espoir, lundi, alors que pas moins de 150 dirigeants politiques, incluant le premier ministre Justin Trudeau, étaient présents à l’ouverture à l’invitation du président français François Hollande.

Mais les nobles intentions ont laissé place au travail ardu et minutieux de négocier un texte final d’une feuille de route post-2020 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et financer les mesures d’adaptation aux changements climatiques.

L’ébauche de texte amenée à Paris était déjà le fruit de quatre années de pourparlers internationaux.

Des responsables gouvernementaux — des fonctionnaires — procèdent aux négociations cette semaine, avant que les discussions de «haut niveau» impliquant des ministres des Affaires étrangères et des ministres de l’Environnement ne prennent le relais la semaine prochaine, orchestrées par le gouvernement français. La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, dirigera l’équipe de négociations du Canada la semaine prochaine.

Dans le cadre d’une séance d’information technique avec des médias canadiens, jeudi, une responsable gouvernementale a affirmé que le mandat cette semaine était de tenter de réduire la longueur du texte, «de trouver des manières plus concises pour présenter les options», et, «plus important encore, tenter de réduire le nombre d’options restantes à négocier pour les ministres la semaine prochaine».

La responsable gouvernementale a fait valoir que cela n’était pas une mince tâche, disant que le consensus général était que les avancées étaient «un peu lentes» à venir, tout en ajoutant qu’il fallait toujours de la patience dans ce genre de processus.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!