Adrian Wyld / La Presse Canadienne Adrian Wyld

ATTAWAPISKAT, Ont. – Le chef de la communauté autochtone ontarienne d’Attawapiskat, où l’état d’urgence a été déclaré après une vague de suicides, affirme que d’autres jeunes ont tenté de mettre fin à leurs jours.

Bruce Shisheesh a déclaré sur Twitter, samedi, que cinq enfants de la communauté avaient tenté de se suicider vendredi soir.

«Nous sommes reconnaissants envers tous les bons mots pour Attawapiskat provenant du monde entier alors que le bilan continue de s’alourdir. Cinq autres enfants hier soir», a-t-il écrit.

En déclarant l’état d’urgence le 9 avril, Attawapiskat avait rapporté 11 tentatives de suicide depuis le début du mois d’avril, et 28 autres durant le mois de mars.

Quelques jours plus tard, les autorités ont affirmé être intervenues pour empêcher un pacte de suicide entre 13 jeunes de la communauté, dont un enfant de neuf ans.

Le député néo-démocrate Charlie Angus, qui représente la circonscription du nord de l’Ontario où se trouve Attawapiskat, a indiqué que la situation sur place était «très instable».

«Nous tentons de trouver un moyen de tourner la page afin de commencer à construire quelque chose de positif avec les jeunes», a dit M. Angus par courriel, samedi.

À la demande de M. Angus, un débat d’urgence a eu lieu cette semaine à la Chambre des communes concernant la crise des suicides à Attawapiskat.

Des leaders autochtones ont tracé un portrait sombre des conditions de vie déplorables sur les réserves devant un comité des Communes, plus tard dans la semaine. Le grand chef de la nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, a imploré le gouvernement fédéral d’agir face aux tragédies qui se déroulent dans les communautés autochtones.

Son organisation, qui représente les communautés du nord de l’Ontario, a déclaré une urgence de santé publique en février.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a annoncé que 18 spécialistes en santé mentale avaient été envoyés à Attawapiskat pour gérer la crise.

Son homologue ontarien, Eric Hoskins, s’est rendu sur place mercredi, où il a eu une rencontre de trois heures avec des leaders de la communauté. Il a également discuté avec des dizaines de jeunes qui ont été touchés par le suicide.

M. Hoskins a déclaré que sa visite avait été aussi dure que les années qu’il a passées en tant que médecin dans les zones de guerre à travers le monde.

La communauté isolée d’Attawapiskat est affligée depuis des années par des inondations printanières dévastatrices, de l’eau potable contaminée et une école condamnée à cause d’un important déversement de diesel.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!