Getty Mika chante notamment en français sur son nouvel opus.

Après deux albums très pop, Mika s’ouvre à des sonorités plus électroniques dans The Origin of Love. Plus joyeux que jamais, le chanteur britannique évoque cette transformation réussie. Et revient sur ses confessions au sujet de sa vie privée.

Vous allez en surprendre plus d’un avec cet album….
Quand je l’ai annoncé, tout le monde disait que j’allais faire un disque d’amour, à la Céline Dion. Personne n’attendait un tel album. Ce qui est important, c’est qu’on me reconnaisse. Mais j’avais besoin d’avoir un sentiment de fraîcheur, de retrouver la joie.

Le disque est annoncé depuis plusieurs mois. Avez-vous pris du retard?
J’ai écrit l’album en sept mois, mais la production a pris beaucoup de temps à se finaliser. Il a un côté très classique, presque symphonique, mais aussi un côté électronique. Ce mélange était essentiel, car je voulais casser les murs entre les différents genres. C’est une sorte de tapisserie uniforme, même si les chansons sont éclectiques.

La chanson qui ouvre l’album, Origin of Love, résume-t-elle l’ensemble?
C’est là où on peut voir ce que je voulais faire de cet album. C’est une des premières chansons que j’ai écrites et elle symbolise cette période. Je me suis permis d’expérimenter. Je me suis beaucoup amusé, je me sentais très libre. Je me suis vraiment mis à fond pour construire un monde sonore; or je n’avais pas trop de références quand j’ai commencé.

Que voulez-vous qu’on retienne de ce disque?
J’aimerais qu’on dise qu’il est une bonne représentation de ma vie à un moment précis. Chaque jour en studio, je me disais que je voulais donner de la joie, faire entendre la vie dans les chansons.

Pensez-vous qu’il connaîtra plus de succès que le précédent?
On ne sait jamais rien dans ce métier; les personnes qui disent savoir sont en train de mentir. Une chanson qui te plaît peut très bien ne plaire à personne.

D’où vient l’idée de faire des chansons en français?
J’avais ce désir, parce que ça me lançait un nouveau défi. En plus, j’ai trouvé ça très facile; je pense que j’en ferai d’autres. Au départ, ma maison de disques anglaise et mon management ne voulaient pas que je sorte la chanson Elle me dit, parce qu’ils pensaient que c’était un mauvais choix, un mauvais timing. J’ai dû me battre pour qu’ils acceptent.

Avez-vous mis quelques morceaux de côté?
Non, mais j’aimerais bien faire un autre album très rapidement après celui-là. Je suis content quand je regarde en arrière : mes trois albums représentent trois identités différentes, assez sincères. J’ai des idées qui me trottent déjà dans la tête, et je suis impatient de retourner en studio.

Votre coming out a-t-il changé quelque chose pour vous?
Ce n’est pas du tout quelque chose de dramatique pour moi. J’avais envie de le faire parce que je me sens confiant. J’ai la chance de pouvoir faire ce que j’aime avec beaucoup de liberté. C’était important de le faire pour me comprendre et pour faire comprendre aux autres d’où je viens.

Je suis prêt à le partager parce que je suis content, je le fais dans la joie, avec un sentiment de sécurité. Si ça peut aider quelqu’un, tant mieux. Ça me fait sentir léger parce que ma sexualité, à l’âge de 14 ans, c’était comme un poids au-dessus de ma tête.

The Origin of Love de Mika
Présentement en magasin

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus