Deux ans après sa création, le Circuit électrique d’Hydro-Québec compte 253 bornes de recharge électrique dans la Belle Province.

Chaque mois, les automobilistes effectuent plus de 1000 recharges, d’après les dernières données comptabilisées par la société d’État.

«Chaque mois, on voit vraiment une belle croissance de l’utilisation des bornes, a affirmé la porte-parole d’Hydro-Québec, Nathalie Vachon. Ce n’est pas dû seulement au nombre de bornes qui augmente. Il y a sans doute plus de véhicules électriques sur les routes et les gens connaissent de plus en plus le Circuit électrique et l’emplacement des bornes.»

Le Circuit électrique est le premier réseau de bornes de recharge électrique publiques au Canada. Pour le concevoir, Hydro-Québec s’est alliée à près d’une soixantaine de partenaires, des municipalités et des entreprises privées. Celles-ci ont déboursé près de 5000$ pour l’achat de chacune des bornes électriques et, en retour, la société d’État a fait la promotion du réseau.

À ce jour, le Circuit électrique compte plus de 1500 membres et près de 2500 automobilistes roulent en voiture électrique au Québec. «Notre modèle d’affaires est assez unique et suscite l’intérêt de nos voisins, que ce soit de l’Ontario ou des États-Unis», a dit Mme Vachon.

Au Québec, il existe deux autres réseaux de bornes de recharge électrique, Éco Route Québec et Réseau Ver, mais ils sont privés.

Si Hydro-Québec est très enthousiaste à l’idée de développer son Circuit électrique, le professeur titulaire à HEC Montréal Pierre-Olivier Pineau l’est beaucoup moins. «Je ne comprends pas la stratégie d’Hydro-Québec, a-t-il déclaré. On vend souvent la voiture électrique pour la ville et pour de petits trajets. Si c’est le cas, les gens pourraient recharger chez eux, faire leur trajet et revenir. Ils n’ont pas besoin de bornes de voitures électriques à l’extérieur pour recharger.»

«Dès que le coût des batteries diminuera, les gens mettront de plus grosses batteries dans leur voiture et elles auront une plus grande autonomie, a ajouté M. Pineau. Ils n’auront pas besoin de la recharger ailleurs qu’à leur maison.»

M. Pineau juge aussi que le taux d’utilisation des bornes électriques est «ridicule». À plus de 1000 utilisations par mois, cela équivaut à quatre ou cinq recharges par borne. «Si une pompe à essence était utilisée cinq fois par mois par les automobilistes, il y a beaucoup de stations-service qui feraient faillite», a-t-il dit.

Les bornes
Le Circuit électrique comprend deux sortes de bornes.

  • La presque totalité des bornes du Circuit électrique sont des bornes de 240 volts. Pour un véhicule tout électrique, la recharge complète prend jusqu’à huit heures.
  • Une seule borne a une puissance de 400 volts. Elle se trouve au St-Hubert de Boucherville. La durée de recharge est d’environ 30 minutes. Hydro-Québec souhaite installer davantage de ces bornes de recharge rapide.

Des projets à venir

  • Le Circuit électrique aura cet été sa première borne sur rue dans un milieu urbain. Un projet pilote sera lancé conjointement par la Ville de Montréal et Hydro-Québec pour installer une borne dans le centre-ville de la métropole. Son emplacement fait l’objet de discussion en ce moment.
  • Des bornes de recharge électriques de 240 volts et de 400 volts seront disposées dans les aires de service le long de l’autoroute 40, entre Montréal et Québec. Cela permettra aux propriétaires de voiture électrique de faire le trajet entre la métropole et la Capital nationale sans inquiétude.
  • Hydro-Québec veut aussi trouver de nouveaux partenaires et implanter davantage de bornes de recharge. «On a développé des communautés électriques et on souhaite les relier entre elles», a dit la porte-parole d’Hydro-Québec, Nathalie Vachon.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!