TC Media - Colin Côté-Paulette La construction de la clôture est bloquée par l'arrondissement depuis juillet.

Une partie des rives de la Pointe-Sud, derrière les condos Val de l’Anse de la rue Hall, doit être revitalisée. Il y a toutefois divergence entre les copropriétaires et l’arrondissement de Verdun sur la façon de procéder. En juillet, les élus ont fait arrêter les travaux d’installation d’une clôture à l’entrée de ce sentier très fréquenté.

Le syndicat des propriétaires avait l’habitude depuis quelques années de tondre la pelouse de la berge. Puisque l’entretien des bandes riveraines n’est pas permis en vertu d’une loi provinciale, ils ont été contraints de cesser leurs pratiques.

«À partir d’une ligne des eaux, il faut que la nature reprenne. C’est un peu contradictoire de laisser passer les gens si on n’entretient plus. On s’est même fait une autre entrée pour la piste cyclable», indique le président du syndicat des propriétaires des condos, Pierre Paul Bourdon.

Le terrain de Val à l’Anse, qui s’étend presque jusqu’au fleuve, est coupé par un sentier pédestre en gravier qui appartient à l’arrondissement sur une dizaine de mètres de longueur.

Imbroglio
Le syndicat a l’intention de bloquer l’accès au sentier pour les dix prochaines années. M. Bourdon estime qu’un permis d’installation sera livré aux propriétaires d’ici quelques jours. En entrevue à TC Media, il jurait même que la décision avait été prise de concert avec l’arrondissement

L’administration de Verdun parle plutôt d’un imbroglio. «Ensemble, on a décidé de naturaliser la berge. La clôture qu’ils sont en train de construire est permanente et ce n’est pas ce qu’on a demandé. On estime que c’est important de garder public l’accès aux berges», explique le conseiller d’arrondissement Pierre L’Heureux.

Il assure que le permis ne sera pas livré et que dans ce contexte, l’installation d’une clôture serait illégale.

Plaintes
Des résidents du voisinage se sont plaints des pratiques des propriétaires de Val à l’Anse. «C’est hallucinant, ça fait 30 ans qu’ils font ce qu’ils veulent. J’habite à l’île depuis 40 ans et les berges ne sont plus comme elles étaient avant», croit Bruno Courtemanche.

Une coupe d’arbres potentiellement illégale a d’ailleurs été rapportée par un citoyen il y a quelques semaines, ce que M. Bourdon nie. L’arrondissement a indiqué que deux inspecteurs ont été dépêchés sur place.


«Un problème récurrent à L’IDS»

Les règles entourant l’entretien des berges, souvent méconnues des propriétaires de L’Île-des-Sœurs, créent des situations parfois complexes. L’arrondissement se voit aux prises avec des travaux effectués sans autorisation pour lesquelles les amendes sont difficiles à distribuer, faute de preuves.

«Les gens pensent qu’ils peuvent effectuer des coupes sur les bandes riveraines, mais ils n’ont pas le droit selon le ministère de l’Environnement», indique le conseiller d’arrondissement, Pierre L’Heureux.

Il ajoute que, bien qu’il n’y ait pas tant de zones problématiques, la situation doit être réglée.

Au fil des ans, des coupes et d’autres infractions ont eu lieu dans les secteurs de la rue Darwin, à l’édifice Le Vistal ainsi qu’à Val à l’Anse notamment pour améliorer la vue.

Sensibilisation
L’arrondissement, qui mise sur la sensibilisation auprès des résidents et des pancartes aux abords des sentiers, voit des signes encourageants puisque de plus en plus de propriétaires s’informent avant d’effectuer des travaux.

C’est le cas sur la rue Corot, où une demande afin d’aménager un quai a été déposée cet été.

«Avant, la majorité des gens ne demandait la permission», estime M. L’Heureux.

Nouvel inspecteur
Un seul patrouilleur sillonne présentement le territoire de Verdun pour ce type d’infraction. Un second inspecteur entrera en poste ce mois-ci afin d’aider à la revitalisation des berges.

Autrement, des bornes ainsi que des affiches ont été installées par l’arrondissement pour éviter que les berges soient davantage érodées.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!