Getty Images/iStockphoto Lachine occupe le premier rang à Montréal en matière de violence intrafamiliale et la troisième place en ce qui a trait à la violence conjugale à travers la métropole.

Les violences conjugales et intrafamiliales sont un fléau à Lachine. Les policiers du poste de quartier (PDQ) 8 veulent donc continuer de lutter contre les crimes contre la personne.

«On se démarque par rapport aux autres quartiers par notre haut taux, malheureusement. Notre priorité est mise là-dessus pour les prochains mois, et c’est déjà commencé», indique la commandante du PDQ 8, Jacynthe Boucher.

Lachine occupe le premier rang à Montréal en matière de violence intrafamiliale et la troisième place en ce qui a trait à la violence conjugale. Les jeunes font autant partie des victimes que des prévenus. «Je trouve ça très préoccupant que notre clientèle cible se situe très jeune», déplore-t-elle.

Les mineures représentent 13,5% des victimes de violence. C’est chez les 18 à 34 ans qu’on retrouve le plus haut taux avec 44%, suivi de 39% chez les 35 à 64 ans. Le taux est plus faible chez les aînés avec 3,4%.

Afin d’enrayer cette problématique, les policiers de Lachine effectuent de la prévention dans les écoles en collaboration avec Le Parados, qui accueille et héberge les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Des activités communautaires sont aussi prévues auprès des jeunes afin de favoriser les échanges entre eux et la police.

Des accusations criminelles peuvent être portées dans les cas de violence conjugale ou intrafamiliale.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!