Gracieuseté/Tc Media La LaSalloise, Shaharha Sinclair, qui sortira un nouvel album prochainement, est porte-parole pour le Mois de l’histoire des Noirs.

Le Mois de l’histoire des Noirs bat son plein en offrant diverses formules afin de faire connaître l’apport de ces communautés dans le paysage montréalais. La porte-parole de cette année, la LaSalloise Shaharha Sinclair est honorée de pouvoir partager, enseigner et promouvoir sa culture durant tout le mois de février.

L’ancienne candidate à l’émission La Voix sait à quel point l’éducation est essentielle pour briser les préjugés. «Le racisme existe et c’est malheureux, mais je préfère penser que je fais partie de la solution en m’impliquant», explique Shaharha.

Elle avoue avoir elle-même appris beaucoup lors des quelques discussions avec le président de la table ronde du Mois de l’histoire des Noirs, Michaël P. Farkas.

Petite histoire
Il y a de cela 150 ans, l’église Unie Union, en face du métro Lionel-Groulx, est devenue un foyer culturel pour les Noirs nouvellement arrivés dans la métropole.
Poussés par leur volonté de trouver un endroit où pratiquer leur culte selon leurs valeurs de dignité et d’égalité, ils y ont créé un centre d’actions communautaires pour la population noire immigrante ou native de Montréal. Cette église est encore aujourd’hui un symbole fort pour tous ceux qui l’ont fréquentée.
«Je ne veux pas me contenter de chanter. Moi aussi, je veux promouvoir des valeurs et faire partie d’un mouvement inspirant», explique Shaharha.

 

La population noire de Montréal constitue 30% des minorités visibles selon les données de 2011 de Statistique Canada. Il s’agit de la communauté ethnique la plus importante de l’île puisqu’elle représente près de 1% de tous ses habitants.

Racines
La chanteuse est influencée musicalement par ses origines jamaïcaines. Le roots rock reggae la touche particulièrement.

«Il occupe une grande part de mon inspiration artistique. La basse, les paroles, mais surtout le feeling viennent me chercher», précise-t-elle.

En plus de chanter, la LaSalloise termine un baccalauréat en littérature anglaise. Elle aimerait écrire pour les enfants. «C’est sûr que chacune de mes créations, livres ou chansons, sera influencée par ma culture», se réjouis Sharhaha, autant Jamaïcaine que Québécoise.

Parmi les activités auxquelles elle participera, il y a, entre autres, une collecte de sang le 18 février, au Comité d’éducation aux adultes de la Petite-Bourgogne et Saint-Henri (CÉDA). De plus, elle sera au Gala Dynastie présenté le 5 mars, au Théâtre Olympia, à Montréal.
Plusieurs autres activités sont offertes durant le mois de février pour faire connaître l’empreinte laissée par les immigrants noirs sur le Québec.
De plus, pour le 375e anniversaire de Montréal, la Table ronde du Mois de l’Histoire des Noirs présentera, tout au long de l’année, un vibrant hommage à la métropole et à ceux qui l’ont marquée.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!