Gracieuseté Le président du Congrès hellénique canadien, Theodore Halatsis, en compagnie de la mairesse Manon Barbe.

LaSalle est devenu la semaine dernière le premier gouvernement municipal au Québec à reconnaître le génocide des Grecs pontiques par les Turcs et l’Empire ottoman. Le 19 mai 2017 marquera le 103e anniversaire de ce triste événement.

C’est le conseiller d’arrondissement Serge Declos qui a présenté une motion en ce sens lors du conseil du 3 avril, afin de proclamer le 19 mai comme jour officiel de commémoration du génocide dans lequel 350 000 Grecs furent exterminés.

La résolution rappelle que le génocide grec pontique, avec les génocides des arméniens et des assyriens, ont été les premiers génocides du XXe siècle.

Le Congrès hellénique canadien salue la décision de LaSalle. «Ce crime odieux a été le précurseur de l’Holocauste commis par les Nazis contre les Juifs et les autres peuples pendant la seconde guerre mondiale», a déclaré le président du Congrès hellénique canadien, Theodore Halatsis, présent à la séance du conseil du 3 avril.

«La décision de LaSalle est historique pour la communauté hellénique du Québec. Elle rappelle à chacun d’entre nous, ce crime brutal et odieux contre nos ancêtres grecs et contre l’humanité», ajoute M. Halatsis.

La Communauté grecque orthodoxe du Sud-Ouest de Montréal possède une église au 7077, boulevard LaSalle. Lors du dernier recensement, près de 300 grecs habitaient LaSalle.

En 1914, le gouvernement de l’Empire ottoman a publié un décret visant à anéantir et éliminer la population grecque de sa patrie de l’Asie Mineure.

Entre 1914 et 1922, plus d’un million d’Hellènes ont été éliminés sur ordre des gouvernements ottoman et kémaliste pour abattage systématique par des déportations impliquant des marches à la mort, par famine dans les camps de travail et de concentration, par des viols et des meurtres individuels.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus