Le cégep André-Laurendeau est reconnu pour la qualité de ses équipes sportives, mais entre les murs de l’établissement scolaire de LaSalle, le rugby commence tranquillement à gagner du terrain. L’entraîneur chef, Alain Ouellette, a même réussi à faire émerger les deux premières formations francophones, gars et filles, du circuit collégial.

Au début de la session d’automne, il s’est «fait prendre au jeu». Une dizaine de filles ont recruté d’autres joueuses et sont venues le trouver pour former une nouvelle équipe. «J’ai dû expliquer les règles du jeu à la première pratique puisque plus de la moitié des joueuses n’avaient jamais joué», explique M. Ouellette encore amusé par l’anecdote.

Il a toutefois été grandement impressionné par la détermination de cette nouvelle équipe de rugby. Assidues, tenaces et dotées d’un immense esprit sportif, Alain Ouellette ne tarit pas d’éloges pour ses 25 jeunes femmes qui ont dû affronter, lors de leur première partie, les championnes en titre de la saison dernière.

Quand on lui demande quelles joueuses l’ont le plus impressionné, la réponse de l’entraîneur est sans équivoque. «Je peux sincèrement toutes les nommer. Elles ont fait plus que les efforts nécessaires».
De leurs côté, les joueuses profitent de l’enthousiasme de leur entraîneur. «Alain est un leader positif, un visionnaire. Il te pousse à aller plus loin parce qu’il croit en tes capacité», explique l’étudiante de 17 ans en éducation à l’enfance, Léonie Côté.

Rugby masculin
L’équipe masculine de rugby a créé la surprise, la saison dernière, dans la ligue du Réseau de sports étudiants du Québec (RSEQ) alors qu’elle se qualifiait pour les demi-finales. Une véritable tour de force de l’entraîneur puisque le Boomerang traînait de l’arrière depuis ses débuts, en 2011.

Les performances de cette année étaient grandement meilleures, mais les nombreux blessés ont coûté cher lors des derniers matchs explique M. Ouellette. «La saison a été riche en rebondissements. Mes joueurs ont dominé plusieurs fois des équipes de gros calibres», souligne-t-il.

Ils ont remporté leur dernière partie 47-5 contre le Cégep Vanier. Au classement final, ils ont obtenu la 5e place sur les huit équipes collégiales du Québec.

Omar Mokri a spécialement choisi d’étudier au cégep André-Laurendeau pour faire partie de l’équipe de rugby. «En discutant avec M. Ouellette, j’ai tout de suite su que j’étais à la bonne place. Il connaît le potentiel de ses joueurs et fera tout pour gagner la coupe, c’est motivant», explique l’étudiant de 17 ans en sciences humaines.

La saison maintenant terminée, les joueurs auront près de trois semaines pour se reposer. Ensuite, ils retourneront en salle de musculation. L’entraîneur a même inscrit ses joueurs dans la ligue d’hiver de l’Université de Concordia afin qu’ils développent davantage leur jeu et ne perdent pas la main durant la saison morte.

Mais un nouveau défi se dessine peut-être pour les deux équipes de rugby d’André-Laurendeau. On ignore encore si l’entraîneur sera de retour l’an prochain. Entre son travail à temps plein et son poste de directeur général de l’équipe de rugby sénior du Québec, M. Ouellette n’a pas beaucoup de temps libre.

Sa décision sera connue prochainement, mais il assure qu’il ne laissera pas tomber le Boomerang si personne n’est prêt à prendre la relève.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!