Photo : TC Media - Pascaline David À 59 ans, France Hébert manque de mots pour décrire le degré de générosité et de solidarité qu’elle a pu observer au cours de sa carrière, mais son sourire en dit long.

Après plus de 36 ans de carrière au sein du réseau de la santé et des services sociaux, France Hébert prendra sa retraite à la fin du mois. À travers son expérience, la responsable des Services de bénévolat et des soins spirituels du secteur Dorval-Lachine-LaSalle a travaillé à briser l’isolement des patients avec des personnes dévouées.

«Les bénévoles, ce sont des gens passionnés que je considère comme de précieux associés», lance France Hébert. Sa mission concerne non seulement les patients, mais aussi son équipe de quelque 200 personnes, parfois composée d’aînés.

«J’ai toujours fait du bénévolat, notamment à l’hôpital de LaSalle. On y gagne tellement sur le plan humain, et cela permet de faire de très belles rencontres», estime la résidente de Saint-Constant, où elle fut conseillère de Ville.

Dans les différentes structures, rien n’est plus précieux pour elle que ces «gens ordinaires qui donnent de leur temps» pour se transformer en magiciens, en musiciens ou en pâtissiers, afin de redonner un peu de bonheur aux patients.

«Les étudiants constituent aussi de bonnes ressources pour le service de bénévolat. C’est une expérience enrichissante qu’il serait bon de démocratiser dans les écoles», suggère Mme Hébert. Un partenariat existe avec le Cégep André-Laurendeau et l’école secondaire Cavelier-de-LaSalle notamment, lors des campagnes de vaccination.

Elle se souvient d’une étudiante qui se questionnait sur son avenir professionnel et souhaitait faire du bénévolat. «Je connaissais la chef d’unité familiale des naissances qui lui a permis d’assister à un accouchement. Elle est sortie de là convaincue qu’elle voulait devenir infirmière. Elle avait trouvé sa vocation», raconte-t-elle.

Défi
Lorsque Mme Hébert a débuté ses fonctions au CIUSS, le poste venait tout juste d’être créé. «C’était un grand défi puisque j’ai dû mettre sur pieds une structure organisationnelle et un cadre de référence à partir de peu», dit-elle.

Mme Hébert s’occupe du recrutement et se rend dans les conseils d’administration de toutes les associations de bénévoles partenaires. Elle y analyse les besoins de formation pour les volontaires, ceux de la clientèle, et développe avec eux des stratégies pour aller chercher les subventions nécessaires.

Elle est également responsable des soins spirituels. «Peu importe la religion, tout le monde a droit à une écoute», indique-t-elle. Des intervenants rendent ainsi visite régulièrement aux patients et des célébrations eucharistiques sont organisées.

Pour Mme Hébert, il ne sera pas aisé de se séparer de cette grande famille qui a été la sienne tout au long de sa carrière. Elle part avec le cœur fier d’avoir accompli beaucoup de choses avec, mais surtout grâce à ses bénévoles.

Carrière
Mme Hébert a débuté sa carrière à l’hôpital de LaSalle dont elle a connu la fusion avec le Centre hospitalier de Verdun, sous le nom de Centre hospitalier Angrignon, puis leur défusion, la création du centre de santé et de services sociaux (CSSS), et enfin celle du CIUSS.
Elle fut adjointe à la direction des soins infirmiers dans le secteur clinique, pour ensuite devenir l’une des six gestionnaires de l’hôpital. En 2010, elle obtient le poste de responsable des Services de bénévolat et de soins spirituels.

32 000
Nombre d’heures de bénévolat par année dans le secteur Dorval-Lachine-LaSalle du CIUSS.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!