Noémie Ross a reçu le premier prix du Salon de printemps de l’Association des artistes de LaSalle, remis par le député Robert Poëti, pour son œuvre Cercles de partage. Cette estampe numérique est inspirée des audiences publiques de l’enquête nationale sur les femmes autochtones, qui ont eu lieu à Montréal, en mars.

L’artiste s’est rendue aux audiences où plus de 70 familles du Québec et de l’Ontario ont témoigné des atrocités vécues par les femmes et les filles autochtones.

«J’étais curieuse de les entendre et de m’informer sur le sujet, lance-t-elle. Je ne m’attendais pas du tout à ce que cela m’inspire une œuvre, c’était vraiment toute une expérience.»

Pourtant, la souffrance portée par les proches des victimes se remémorant à nouveau les événements, de même que la solidarité et le soutien les entourant, ont marqué la laSalloise.

«J’ai eu l’idée de créer une série de scènes évoquant ce processus, avec des personnages qui rapportent une histoire, explique Mme Ross.

Dans cette estampe de papier aux allures de bobine de film, on aperçoit notamment une silhouette portant la plume d’aigle et d’autres dont les postures traduisent la souffrance. L’élément central évoque le capteur de rêve.

Parcours
Noémie Ross a intégré l’Association des artistes de LaSalle, dont elle est désormais vice-présidente, il y a tout juste trois ans. Recevoir le prix Robert Poëti était d’autant plus marquant, qu’elle a récemment changé de carrière.

«C’est un encouragement énorme, dévoile-t-elle. Ça me fait penser que j’ai le droit de rêver.»

LaSalloise depuis 2009, elle a été ergothérapeute. «J’ai toujours eu des intérêts créatifs, et j’ai vraiment décidé de faire le saut en retournant aux études en 2012», raconte-t-elle.

Déterminée, elle a complété un baccalauréat en design graphique à l’UQAM, puis a obtenu ses premiers contrats en bande dessinée et en graphisme.

«Je me suis trouvé une niche, j’aime créer des scénarios et illustrer des choses à saveur scientifique», ajoute-t-elle.

Mme Ross s’exprime principalement par le procédé d’estampes numériques, des collages faits par ordinateur lui permettant de créer des formes, d’intégrer des textures.

Portfolio
Noémie Ross a collaboré avec des chercheurs canadiens et européens pour le projet Frozen drowned cartoon, qui présente la recherche sur le pergélisol avec des bandes dessinées thématiques.
Elle a aussi débuté une collaboration avec des scientifiques en géoscience côtière de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), où elle crée une planche de BD abordant un thème spécifique pour les bulletins d’informations.Avec son père André Ross, auteur d’ouvrages sur les mathématiques, elle a illustré sa première BD présentant le mathématicien Thalès de Millet.

Ils travaillent présentement sur un roman graphique, dont le scénario permet de suivre le périple d’Ératosthène et de découvrir la mythologie égyptienne, le phare d’Alexandrie, les connaissances astronomiques de cette époque.

Plus d’infos sur noemieross-19.webself.net

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!