Collaboration spéciale Byron Archambault se retrouvera à Hamilton.

Même s’il a dû patienter jusqu’en deuxième ronde avant d’être sélectionné par les Tiger-Cats de Hamilton lors de la séance de repêchage de la Ligue canadienne de football du 12 mai, Byron Archambault est heureux de sa nouvelle destination.

«Je suis super excité. C’est une belle opportunité, dans une ville où je vais me sentir à l’aise. Hamilton a du succès et joue un style physique comme j’aime», a-t-confié en entrevue à TC Media.

Archambault est confiant d’entreprendre la prochaine saison avec les Tiger-Cats. «J’ai confiance en mes habiletés. S’ils m’ont repêché en deuxième ronde, c’est qu’ils s’attendent à certaines choses de moi et je veux leur démontrer qu’ils ont pris une bonne décision».

Pas question d’un retour avec les Carabins. «Je suis prêt à tourner la page sur le football universitaire», déclare-t-il.

Ignoré par les Alouettes
Si la plupart des experts lui prédisaient une sélection en première ronde, Archambault est-il déçu d’avoir été sélectionné au 17e échelon? «C’est sûr que tu te fais certaines attentes avec les prédictions des analystes, mais en bout de ligne, je pense que c’est la bonne chose qui est arrivée pour moi».

Aurait-il souhaité être sélectionné par les Alouettes de Montréal? «Arrivé à ce niveau, tu es un professionnel. Je ne contrôlais rien. J’étais en position d’observateur et j’avais hâte que mon nom soit appelé. À Hamilton, en défensive et au sein des unités spéciales, je pense que je serai en mesure de contribuer assez rapidement», précise le secondeur de ligne.

Le LaSallois s’entraîne intensément en vue du camp d’entraîneur des Tiger-Cats qui aura lieu du 27 mai au 20 juin. «Ma préparation se fait depuis décembre, une semaine après avoir gagné la Coupe Vanier».

Colosse de 6’1 » et 245 livres, Byron Archambault a remporté l’épreuve du développé couché en soulevant la barre de 225 livres à 41 reprises, lors du camp national d’évaluation tenu à Toronto.

Il a aussi participé à un mini-camp des recrues des Giants de New York de la Ligue nationale, mais n’a pu obtenir un contrat. «Ça reste une option dans le futur, mais pour le moment, je suis concentré sur Hamilton et le football canadien».

Son cheminement
Étant près de sa famille, Byron Archambault se réjouit d’aboutir dans une ville pas trop éloignée de Montréal. «C’est important que ma mère et ma petite sœur puissent être à mes parties. Les dirigeants de l’équipe m’ont assuré qu’ils amèneront ma famille le plus souvent possible».

Capitaine des Carabins de l’Université de Montréal la saison dernière, Byron a pris part à la conquête de la Coupe Vanier, à titre de champions du football universitaire canadien.

Avant de joindre les Carabins, il a évolué avec les Cheetahs du Collège Vanier et les Cactus du Collège Notre-Dame.

Byron Archambault a amorcé sa carrière de football à l’âge de 10 ans avec les Warriors de LaSalle. «Les entraîneurs des Warriors ont été incroyables avec moi. Au départ, j’avais de la misère à faire l’équipe parce que j’étais un peu lourd. Ils ont été patients et m’ont dit ce que j’avais à faire pour perdre du poids. De là, ma carrière a été lancée sur le bon pied et je veux poursuivre sur la même lancée».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!