Des étudiants de l’école secondaire Cavelier-De LaSalle ont consacré six semaines à construire un robot en mesure de franchir les fortifications et affaiblir un donjon à l’aide de boulets, dans le but ultime de le conquérir.

L’équipe de 32 étudiants de Cavelier a terminé au 8e rang et atteint la demi-finale du Festival de robotique au Stade Uniprix de Montréal du 31 mars au 2 avril.

Fait d’aluminium, le robot a un périmètre de 120 pouces, un poids de 87 livres et une hauteur de 15 pouces afin de passer sous les plus petits obstacles.

Il peut ramasser des ballons, les tirer dans les buts et passer tous les obstacles. Il est muni de deux caméras intégrées permettant d’assurer le ramasse du ballon et la visée de la cible du haut.

«Nous avons eu une mention des juges pour avoir démontré des méthodes de travail et des initiatives sécuritaires tout au long de la compétition», explique Stéphane Ikauno, enseignant et responsable du projet de robotique à Cavelier-De LaSalle.

Quelques jours plus tôt, à North Bay, l’équipe a pris le 14e rang en qualification et a été repêchée pour finalement terminer en demi-finale. Elle a remporté le prix de la Sécurité industrielle et le prix de l’Image, qui récompense l’attractivité et l’intégration esthétique visuelle dans l’apparence du robot et de de l’équipe.

De mieux en mieux
La saison 2016 a été la meilleure de l’équipe, selon Stéphane Ikauno. «Elle se développe au point de vue technique, ce qui nous amène à de meilleurs résultats chaque année. Les élèves se découvrent des passions, entourés de professionnels de l’industrie qui leur transmettent leurs connaissances».

Les jeunes ne manquent pas d’enthousiasme. «Le projet n’est pas juste un passe-temps. C’est un endroit pour se réaliser, apprendre et accomplir quelque chose d’original et d’ingénieux. Notre équipe est une famille», explique Elya Ungul.

«C’est une façon de rencontrer des personnes qui ont les mêmes intérêts et ça nous aide à trouver notre voie pour nos projets futurs. La robotique est une meilleure activité que de rester figés devant des écrans», dit Yuri Vargas Contreras.

«Le projet m’a aidé à développer ma passion pour la mécanique et permis de découvrir le monde passionnant de la compétition que j’espère continuer après le secondaire», dit Mike Kanyarugano.

Le programme de robotique existe depuis six ans à Cavelier, avec l’objectif de lutter contre le décrochage scolaire et de faire découvrir les sciences et la technologie par une compétition de robotique.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!