TC Média/Charlotte Lopez «Il faut attendre la plantation d’arbres et de végétaux qui se feront dès la semaine prochaine, pour vraiment se faire une idée de la rue», souligne Alex Norris.

Les travaux de réaménagement sur la rue Prince-Arthur Est, dans le Plateau-Mont-Royal, qui devaient finir autour de la mi-juin ne sont finalement pas encore terminés. Les commerçants sont frustrés de voir leurs terrasses vides.

Ces derniers devront être patients encore au moins deux semaines avant la fin des travaux qui sont réalisés depuis août 2016 devant leurs commerces, entre le boulevard Saint-Laurent et l’avenue Laval.

La grève générale dans la construction au Québec qui a eu lieu à la fin du mois de mai a contribué aux délais, selon Alex Norris, conseillé d’arrondissement du PMR.

«Nous reconnaissons que ce délai a un impact important sur le chiffre d’affaires des commerçants, on comprend leur frustration et on la partage, on souhaite que ce soit fait le plus rapidement possible», commente-t-il.

Leonardo Nieto, président de l’Association des commerçants de la rue Prince-Arthur et propriétaire du restaurant O’Noir, déplore que le chantier soit mal organisé.

«La gestion n’est pas bien faite, cela manque d’organisation. De nombreux résidents ne sont pas contents, trois restaurants ont fait faillite et ont dû fermer, et un ne rouvrira pas cet été, alors que leurs chiffres d’affaires avant les travaux étaient très bons.»

Mike Michakis, propriétaire du restaurant Rubs, aime ce changement, mais se plaint des personnes qui viennent fumer et boire de l’alcool sur les bancs publics nouvellement installés. «Ces bancs peuvent aussi servir pour les clients, mais ils sont trop hauts pour mes tables, donc je ne peux même pas les utiliser», ajoute-t-il.

Les commerçants de la rue comme M. Michakis ou M. Nieto ont investi l’année dernière 6000$ pour mettre des auvents et 3000$ pour des clôtures, mais ceux-ci sont maintenant inutilisables.

«Pourquoi la ville ne m’a pas dit que je n’avais pas besoin d’acheter tout ça? Les élus me disent d’acheter des parasols, mais le vent va les emporter donc je ne peux pas les mettre», déclare-t-il, pensant à ses clients qui ne peuvent pas s’asseoir sur une terrasse sans un auvent s’il fait soleil ou s’il pleut.

Alex Norris souligne qu’il faut attendre la plantation d’arbres et de végétaux, qui se feront dès la semaine prochaine, pour vraiment se faire une idée de la rue.

«En ce moment c’est sûr que cela attire moins de monde, il n’y a aucun verdissement et plantation, mais il va y avoir beaucoup d’espaces végétalisés au sol, 16 arbres plantés pour contrer le vent et la superficie disponible des terrasses sera plus importante qu’avant, lorsqu’elles longeaient les bâtiments», souligne-t-il.

M. Michakis et M. Nieto regrettent que les rencontres qui se sont faites avec les élus de l’arrondissement n’aient pas été plus collaboratives.

«Ils ne prennent pas en compte ce que nous demandons. Ils ont travaillé tout seuls, ce n’était pas un travail d’équipe», Mike Michakis.

Coûts

Les coûts des travaux sont évalués à près de 4M$ et sont financés par le Service des infrastructures, de la voirie et des transports (2,7 M$) ainsi que par le Service de la concertation des arrondissements (1,1 M$) dans le cadre des activités dédiées aux arrondissements pour le 375e anniversaire de Montréal.

À la demande des commerçants, l’arrondissement du PMR a supprimé les frais de permis de terrasse de 5000$ pour cette année. Ces derniers espèrent que ces frais soient aussi offerts l’année prochaine.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!