Charlotte Lopez | TC Média Toby Lamontagne et Sarah Legris, propriétaires de Frenco

L’épicerie en vrac Frenco, située sur le boulevard Saint-Laurent depuis plus de 40 ans, lance son service traiteur vegan, après avoir ouvert son comptoir café et créé ses repas prêt-à-manger végétaliens l’année dernière.

Pâté chinois vegan, bœuf Stroganoff vegan, BLT avec du faux bacon, sauce à spaghetti au seitan bourguignon… Les propriétaires de Frenco, Sarah Legris et Toby Lamontagne, proposent désormais un menu à la carte de plats préparés sur place par le chef Joé, sans aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation.

Les particuliers et entreprises peuvent commander par téléphone leur menu préféré parmi le choix présenté prochainement sur leur site Web, et se le faire livrer ensuite en voiture ou en vélo selon la grosseur de la commande.

Après plus de 40 ans d’existence, Frenco a le vent en poupe et compte bien continuer de satisfaire anciens et nouveaux clients qui découvrent leur boutique, mais aussi leur modus operandi depuis des décennies: le vrac et le zéro déchet.

Café, noix, fruits séchés, épices, farines, mais aussi produits ménagers et produits pour le corps naturels et biodégradables sont offerts en vrac et donc sans emballage. Les clients sont invités à apporter leurs propres contenants pour emporter leurs aliments et ainsi être assurés de leur fraîcheur.

«On voit que les jeunes ont plus le réflexe d’apporter leurs contenants, ce que plusieurs ne faisaient pas avant. Les gens font un virage plus écologique, on y arrive tranquillement, lance Sarah Legris.

«Le fait d’acheter par quantité entraîne aussi moins de gaspillage alimentaire et de surconsommation, on se retrouve à acheter seulement ce qu’on a besoin.» – Sarah Legris, propriétaire de Frenco.

Produits locaux et équitables

Avec des produits biologiques, mais aussi des produits réguliers, Frenco propose le plus possible des produits locaux et équitables, tels que du café de torréfacteurs locaux comme Kittel, Kaito, Berendo, et Barista, des savons artisanaux faits à la main de M’Nonga D’Amour, ou encore des brosses à dents en bambou de l’entreprise Planète Bambou.

Laure Mabileau, présidente de l’Association québécoise Zéro déchet, explique que cette thématique de zéro déchet est loin d’être nouvelle.

«De nombreuses personnes travaillent depuis très longtemps en gestion des matières résiduelles et en réduction à la source, mais jusqu’à présent ça ne rejoignait pas le grand public, souligne-t-elle. Je pense que c’est la dénomination de zéro déchet qui change beaucoup l’adhésion, les gens ont embarqué là-dedans et soutiennent ce mode de vie depuis environ deux ans.»

«Il y a quelques années, il y avait peu d’endroits dans Montréal à part la boutique Frenco pour acheter en vrac, poursuit-elle. C’est l’engouement pour le zéro déchet qui a amené une nouvelle clientèle et de plus en plus de nouveaux commerces dans la ville» comme, entre autres, LOCO, Vrac & bocaux ou Mega Vrac.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!