Caroline Bergeron Une trentaine de citoyens sont mécontents du projet de règlement visant à interdire l’aménagement de nouveaux stationnements dans les cours arrière des habitations.

Plusieurs citoyens du Plateau-Mont-Royal s’activent afin de recueillir des signatures pour voir créer un référendum sur le projet d’un règlement visant à interdire l’aménagement de nouveaux stationnements dans les cours arrière des habitations. Les élus du Plateau, de leurs côtés, comptent faire adopter leur règlement.

Lors du conseil d’arrondissement du lundi 9 avril, ces derniers ont adopté le second projet de règlement qui limite l’aménagement de stationnements en cour arrière aux secteurs commerciaux et industriels. Il reste encore une troisième lecture à réaliser pour adopter le projet de règlement final.

Ensuite, il sera impossible dans les secteurs résidentiels, de demander à créer un espace de stationnement. Néanmoins, en vertu des dispositions sur les droits acquis, les unités de stationnement déjà existantes demeureront autorisées.

Cependant, une trentaine de citoyens du Plateau contestent ce projet qu’ils jugent opposé au «vivre ensemble» et souhaitent voir créer un référendum.

«Ça me heurte complètement. C’est une autre restriction à notre droit de propriété et ça diminue certainement la valeur de nos habitations», déplore Simon Cadotte, un citoyen du Plateau mécontent.

«Les élus du Plateau veulent diminuer la voiture dans l’arrondissement, mais à deux ou trois enfants, la voiture est incontournable. Ce n’est pas un objet infernal, c’est très pratique d’avoir une voiture», explique celui qui comptait prochainement installer dans sa cour arrière une borne de recharge électrique pour une voiture électrique.

«Avec ce règlement, mon projet tombe à l’eau, je vais racheter une voiture à essence qui pollue!», lâche-t-il.

Référendum

Pour voir naître un référendum, chaque citoyen mécontent doit obtenir, sous 15 jours, «au moins 12 signatures dans une zone de plus de 21 personnes ou une majorité de signatures dans une zone de 21 personnes ou moins», tel qu’il est mentionné sur le site Web de l’arrondissement du PMR. Il existe plus de 600 zones dans Le Plateau.

Par la suite, si le nombre de signatures requis pour la tenue d’un scrutin référendaire n’est pas atteint, le règlement est approuvé par le conseil. Sinon ce dernier doit fixer la date du scrutin référendaire, au plus tard à la séance suivante.

Tant que l’avis du scrutin n’a pas été publié, le conseil peut retirer le règlement à tout moment lors du processus en vue d’obtenir le referendum.

«Nous ne sommes pas confiants sur la tenue d’un referendum, explique Simon Cadotte. La démocratie est un chemin parsemé d’embûches, ce n’est pas facile. Il faut travailler pour avoir nos signatures.»

Marianne Giguère, conseillère de Ville du district De Lorimier, déclare qu’il est clair que le conseil d’arrondissement va aller de l’avant dans ce projet.

«On croit au bien-fondé de ce changement. C’est une opposition légitime, on s’attendait à ce que des gens soient mécontents, mais pour le bien commun c’est une bonne nouvelle.» – Marianne Giguère, conseillère de Ville du district De Lorimier.

Par cette modification du règlement d’urbanisme, l’arrondissement vient empêcher de créer des stationnements là où des espaces de vie et de jeux pour les enfants pourraient être aménagés et ainsi protéger ces cours déjà existantes.

Cette annonce s’inscrit dans l’optique de faire des ruelles des milieux de vie sécuritaires, verdies et conviviales, où le transit automobile est diminué le plus possible.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!