Après des années de spéculations, le marché immobilier dans le Plateau-Mont-Royal retrouve graduellement l’équilibre, alors que l’avantage est nettement pour les acheteurs, partout sur le reste de l’Île de Montréal.

«Par le passé, il y avait peu de résidences à vendre dans l’arrondissement, par rapport au nombre de demandes, ce qui créait de la surenchère. Cependant, depuis le début de 2013, le marché s’est rééquilibré. Dans le marché de la copropriété, pour la fin 2014 et début 2015, on a observé un léger avantage pour les acheteurs, toutefois nettement moins marqué que celui que l’on constate partout ailleurs à Montréal», explique Paul Cardinal, directeur du service analyses du marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Le courtier de Via Capitale du Mont-Royal, Romain Lecomte, fait le même constat.

«Il y a quelques années, les propriétaires pouvaient mettre leur propriété en vente beaucoup trop cher et tout de même trouver preneur. Ce n’est plus le cas. Pour les maisons unifamiliales, il y a eu un recul de 3,7 % en 2014 du prix médian des propriétés, ce qui est rassurant. Ça signifie que le marché s’autorégule et que c’est la fin de la spéculation», indique M. Lecomte.

«Le nombre de transactions pour la région métropolitaine est en baisse de 2 % pour 2014. Pour la même année, la baisse est de 1 % dans Le Plateau-Mont-Royal. Moins de gens ont mis leur résidence en vente, ce qui fait que le marché a ralenti et l’augmentation des prix correspond à l’inflation, dans le cas des copropriétés», continue M. Cardinal.

Le prix médian des copropriétés a augmenté de 1,5 % dans l’arrondissement, en 2014, contre 1,3 % pour la région de Montréal. La différence la plus marquée en 2014 s’observe dans la catégorie des «plex», qui ont eu une hausse de 8,5 % de leur valeur dans Le Plateau-Mont-Royal, contre 2,4 % pour la région de Montréal, sur la même période.

Quartier prisé par les jeunes acheteurs
Le seul type de propriétés avantageux pour les vendeurs sont les copropriétés de moins de 250 000 $.

«Nous rencontrons beaucoup de jeunes acheteurs qui veulent une première résidence dans le Plateau et qui vise ce type de condominiums. Souvent, ils sont attirés par la vie de quartier. Ce type de résidence part très rapidement», affirme M. Lecomte.

Chez les courtiers immobiliers, on constate un certain enthousiasme du marché, depuis le début de 2015.

«On sent que la baisse des taux d’intérêt en a poussé plusieurs à mettre en vente. Si on applique les trois principes de vente, soit une bonne évaluation de la propriété, une résidence originale et une mise en marché offensive, ça se vend plutôt bien. Je crois que Le Plateau-Mont-Royal se porte mieux que Ville-Marie par exemple, parce qu’il n’y a pas eu de mise en marché massive de copropriétés. L’offre est habituellement originale. Nous avons beaucoup de constructions avec cachet, possédant des rénovations modernes, ce qui est très populaire», indique M. Lecomte.

A-Immobilier

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!