Catherine Bouchard/TC Media Une grande vente de liquidation des 39 000 films de la Boîte noire débutera vendredi. Le mythique club vidéo fermera définitivement ses portes d'ici le mois d'août.

Nouvelle tuile pour le septième art à Montréal, la Boîte noire, mythique club vidéo de répertoire, ferme ses portes pour de bon après 30 ans d’existence.

Sa dernière succursale est située sur l’avenue du Mont-Royal. Une grande vente débutera vendredi où les cinéphiles pourront se procurer l’un de ses 39 000 films classiques, d’auteurs et étrangers.

«Malgré tous nos efforts, on était en déclin constant depuis 2010. On ne pouvait pas continuer l’opération telle qu’elle est là. Ça devenait très difficile, le volume d’affaires n’était pas suffisant», explique le fondateur François Poitras.

La conjoncture avec l’avènement des plateformes de diffusion en continu aurait eu raison de l’entreprise.

«Je crois que la location de DVD va cesser, mais que la vente va se poursuivre. Ça va toutefois plutôt être fait par des géants comme Amazon ou des libraires comme Renaud-Bray», croit le passionné du septième art.

Ce dernier mentionne qu’il prendra une pause, avant de se lancer dans d’autres projets.

La Boîte noire fermera définitivement ses portes vers le mois de juillet, au plus tard en août.

Tristesse chez les cinéphiles
Les clients rencontrés jeudi après-midi à la Boîte noire se sont dits attristés que leur club vidéo ferme ses portes.

«Je trouve ça infiniment triste. Il me semble qu’un marché comme Montréal devrait être suffisant pour soutenir un commerce comme celui-ci», affirme Pierre Olivier, un habitué qui fait le chemin depuis Châteauguay pour venir acheter des films à la Boîte noire.

Norman Legault est surpris, pour sa part, que le commerce ait tenu le coup aussi longtemps.

«C’était le dernier vestige des DVD et cassettes vidéo. Je vais devoir faire du streaming ou commander mes films sur Amazon», mentionne-t-il.

Deux autres habitués, Aaron Bentley et Josh Walker, soulignent la place offerte aux créateurs dans l’institution de l’avenue du Mont-Royal.

«Il n’y a pas d’autre club vidéo où les films sont classés par réalisateur. Ça montre tout le respect pour le processus créatif de la Boîte noire. C’est désolant», croit M. Bentley.

La Société de développement de l’avenue du Mont-Royal (SDAMR) souhaite bonne chance à l’équipe.

«M. Poitras a tenu un commerce exemplaire sur l’avenue du Mont-Royal. La Boîte noire était devenue ni plus ni moins qu’une institution. Malheureusement, plusieurs circonstances, dont la transformation rapide des habitudes de consommation de films de répertoire, ont eu raison de ses activités», souligne le directeur général de la SDAMR, Charles-Olivier Mercier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!