Leslie Meuraillon/TC Media La dégustation d'insectes s'appelle l'entomophagie.

Ragoûtant, une salsa aux sauterelles pour vos nachos ? Une entreprise familiale de Montréal-Nord fait le pari que vous répondrez «oui». Les produits faits à base d’insectes attirent pour le moment les plus courageux, mais ils pourraient devenir des incontournables de votre garde-manger.

Sels aux aux larves de cactus, sauce aux carottes et sauterelles, vinaigrette à l’origan avec farine de grillons: les produits de la Mexicoise allient les recettes du Québec et celles du Mexique, d’où son nom. Les insectes, eux, viennent de la ferme Entomo, basée en Ontario.

Les bêtes à six pattes, c’est la nouveauté en vogue dans le domaine de l’alimentation, selon Emilio Hernandez, fondateur de l’entreprise.

«Pour les gens, c’est une belle opportunité de manger mieux et de manière plus durable» explique-t-il.
Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, publié en 2013, les insectes comprennent plusieurs avantages. Ils contiennent notamment beaucoup de nutriments et de protéines et leur élevage est facile et peu polluant.

Entre Mexique et Québec
Co-fondateur de Gourmex, M. Hernandez a ouvert la filiale, la Mexicoise, dédiée à la nourriture à base d’insectes, en 2014. Il a eu le déclic lors du congrès «Innovation alimentaire: l’entomophagie à travers l’art, la culture, la science et les affaires», premier du genre en Amérique du Nord. Mais en réalité, les insectes, l’homme connait ça depuis longtemps: «Cela fait partie de ma culture. Dans le sud et le centre du Mexique, c’est commun de manger des insectes», confie-t-il.

«Les insectes sont une très bonne source de protéines, c’est mieux que la viande au niveau nutritif. Les insectes ont plus de minéraux et de fibres. Et puis c’est écoresponsable.» Emilio Hernandez, co-fondateur de La Mexicoise.

La Mexicoise ne compte pas encore d’employés. Emilio Hernandez travaille seul et fait appel à des travailleurs indépendants pour sa comptabilité, par exemple. C’est sa fille, Ileana, qui a dessiné le logo de la Mexicoise et les dessins sur plusieurs produits.

L’entreprise en est encore à ses débuts, mais M. Hernandez croit en son avenir. Il fait de plus en plus de dégustations pour faire découvrir ses produits.

C’était le cas le 19 mars, alors que l’homme d’affaires a tenu un événement dans la Boutique Café MRKT, un commerce situé dans le Plateau-Mont-Royal, attirant des centaines de personnes.

«Nous sommes venus pour lancer un défi aux enfants. C’est bon», a confié Karine lors de la dégustation, sous le regard interrogateur d’Émilio Hernandez.

«On ne goûte pas tellement l’insecte, mais plutôt l’ail. En fait, le grillon transporte les épices» a ajouté Jean, un autre curieux.

Si pour l’instant, il n’a qu’un point de vente à Montréal, sur le Plateau-Mont-Royal, le propriétaire de la Mexicoise compte bientôt faire connaître ses produits à Montréal-Nord.

Où trouver les produits de La Mexicoise
Sur le site internet de La Mexicoise
Ou à la Boutique Café MRKT
838 avenue du Mont-Royal Est

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus