Leslie Meuraillon/TC Media Gilles Deguire, ancien maire de Montréal-Nord, lors de son arrivée au Palais de Justice.

L’ancien maire de Montréal-nord qui a plaidé coupable à une accusation d’attouchements sexuels sur une mineure de moins de 16 ans a écopé d’une peine de 6 mois de prison et deux ans de probation.

Le juge a ainsi donné suite à la proposition émise par les deux parties sur la peine que devra purger Gilles Deguire. L’ex-maire devra également s’abstenir d’entrer en contact avec la victime et sa famille proche.

Le dossier a été réglé par voie sommaire plutôt que criminelle, qui prévoit des peines plus sévères.
Pendant l’audience, la victime a lu une lettre où elles dépeignaient avec tristesse les conséquences des actes de M. Deguire sur sa vie.

Gilles Deguire s’est lui-aussi adressé au tribunal, juste avant de connaître sa sentence.
«Je ressens une peine incroyable. Je veux tenter de faire amende honorable. Encore une fois mille excuses, je demande pardon à tous», a déclaré l’ancien maire, qui peinait à retenir ses larmes.

C’est ensuite menotté que Gilles Deguire a quitté les lieux.

«Nous sommes très satisfaits de la sentence, justice a été rendue», a déclaré Me Louise Blais, représentante de la Couronne. «En tant qu’ancien policier, M Deguire était à même de savoir comment un enfant peut être marqué quand il est abusé. Étant maire de Montréal-Nord, il avait la confiance de la population, les gens s’attendent à ce que leur maire soit parfait», a-t-elle conclu.

Gilles Deguire s’est engagé à poursuivre la thérapie qu’il a entamé.

Les avocats de l’ancien élu n’ont pas souhaité réagir.

Rappel des faits
L’annonce de la sentence met fin à une affaire judiciaire qui dure depuis plus d’un an.

Le 1er décembre 2016, l’ex-élu avait plaidé coupable d’attouchements sexuels, mais le chef d’accusation d’agression sexuelle avait été abandonné par la Couronne. Lors de cette audience, Gilles Deguire avait reconnu avoir attouché sexuellement une adolescente à plusieurs occasions alors qu’il siégeait en tant que maire d’arrondissement. Me Frank Pappas, l’avocat de la défense, avait déclaré que son client reconnaissait avoir commis des «gestes inacceptables» pour lesquels il ressent un «profond remord».

Gilles Deguire a embrassé la victime sur la bouche à plusieurs reprises et lui a caressé la cuisse et des parties intimes. Les faits reprochés ont eu lieu entre le 1er décembre 2013 et le 23 octobre 2015. L’identité de la victime fait l’objet d’une ordonnance de non-publication. Celle-ci était âgée entre 13 et 15 ans.

Passé d’élu
Gilles Deguire avait démissionné de son poste de maire de Montréal-Nord le 7 janvier 2016. Il était alors visé par une enquête criminelle.

L’homme a été élu une première fois à la tête de Montréal-Nord en 2009 sous la bannière d’Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay, ancien maire de Montréal. Il avait ensuite remporté une nouvelle élection municipale en 2013, après avoir rejoint l’équipe de Denis Coderre.

Avant cela, Gilles Deguire a travaillé au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de 1969 à 1999. Durant cette période, il a notamment été enquêteur en charge des agressions sexuelles, au sein de Police-jeunesse de Montréal-Nord.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!