Mario Beauregard-TC Media Malgré une plaie encore vive, Natacha Duguay commence à retrouver le sourire et a hâte de pouvoir s'installer dans son nouveau logement. On la voit avec son amie, Mélanie Dumais.

À la suite d’un incendie, une mère de famille de cinq enfants de Montréal-Nord a tout perdu. Mais grâce à la solidarité des gens qui l’entourent, et même de parfaits étrangers, elle a pu retrouver un toit, des meubles et des biens, en seulement une semaine.

Jeudi 6 juillet dernier, vers 21h40, le feu s’est propagé dans plusieurs logements d’un immeuble du boulevard Langelier. En quelques minutes, les biens de Natacha Duguay partent en fumée. Cette nuit-là, elle se retrouve à la rue, impuissante.
«Je suis sortie par la porte de derrière avec mon fils de cinq ans dans les bras. Je voyais le monde devant moi, on m’a donné une chaise. Une dame est restée près de moi et m’a consolé jusqu’à ce que je parle aux policiers», se souvient Natacha Duguay, les larmes aux yeux.

Spontanément, alors que les braises fument toujours, des inconnus l’approchent, en lui donnant du lait pour son fils, des habits ou encore de l’argent.
«Immédiatement, mes voisins m’ont sécurisé. Il y avait plein de gens autour de moi. Les gens du quartier ont été vraiment généreux», confie la sinistrée dont le logement est déclaré perte totale.

«Ici [à Montréal-Nord], les familles s’entraident parce qu’elles comprennent ce que c’est de manquer de quelque chose», Chantal Beauvais, amie de la sinistrée

Le bouche à oreille
Dès le lendemain, plusieurs amies de Mme Duguay prennent les choses en main et mobilisent leurs réseaux sociaux pour que leur amie retrouve rapidement une vie normale.

«Beaucoup de gens voulaient donner. Et le monde ne donne pas n’importe quoi. C’est du beau mobilier, de belles choses, en bon état. Même les enfants ont donné des doudous», témoigne Mélanie Dumais, la meilleure amie de Natacha, qui l’a hébergée suite à l’incendie.

Très vite, les dons affluent de partout.
«Les gens à Montréal-Nord sont généreux. Ça ne m’étonne pas. Ici, les familles s’entraident parce qu’elles comprennent ce que c’est de manquer de quelque chose», confie Chantal Beauvais, amie de Natacha et qui a demandé de l’aide aux clients du dépanneur dans lequel elle travaille.

Gaston Lachance, un voisin de l’immeuble incendié, devait se défaire de plusieurs meubles appartenant à sa mère. Il a tout donné à la sinistrée.
«Il y avait de la vaisselle, des armoires, des matelas… Comme on dit, il faut donner au suivant. Ça m’a fait plaisir et cela a donné des gens plus heureux», annonce M. Lachance.

«Sur le coup je vivais l’horreur, puis après j’étais comme « wouaw », j’y revenais pas, en deux jours j’étais quasiment meublée», raconte Mme Duguay.
Une semaine après le drame, la maman a retrouvé un appartement et des meubles. Encore dans les cartons, elle est très reconnaissante envers ceux qui l’ont aidée.

«Il ne faut pas penser que l’on est seul. Les gens sont plus généreux qu’on ne le croie», Natacha Duguay, sinistrée.

«J’ai écrit un message sur une page Facebook de Montréal-Nord. Il fallait que je remercie les gens, les étrangers. Ce que j’ai autour de moi, c’est grâce à leur générosité», annonce Mme Duguay, un sourire aux lèvres et les joues encore mouillées de larmes.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!