Gracieuseté Le service de médiation et de résolution de conflit de l'Institut Pacifique est gratuit pour tous les résidents de Montréal-Nord

Depuis maintenant plus de 40 ans, l’Institut Pacifique fait un important travail de terrain pour prévenir les violences interpersonnelles. Parmi tous ses programmes, l’organisme offre un service spécial de résolution de conflit et de médiation sociale dédié aux résidents de Montréal-Nord.

«Même après toutes ses années, je retrouve des gens qui habitent le quartier et qui ne connaissent pas encore nos services», partage Stéphanie Salagan, médiatrice et coordonnatrice du service de médiation sociale à Montréal-Nord.

En cette Journée internationale de la paix, le Guide de Montréal-Nord fait (re)découvrir le travail de ces médiateurs qui rapiècent le tissu social dans le secteur pour favoriser l’inclusion et le vivre ensemble.

Une expertise reconnue

Stéphanie Salagan est impliquée dans les programmes de médiation sociale de l’Institut Pacifique depuis une petite dizaine d’années. Grâce à un partenariat avec l’arrondissement, elle a pu accroître la portée du service développé spécialement pour les résidents de Montréal-Nord.

«C’est la deuxième année que l’arrondissement nous soutient pour nous permettre d’offrir un programme de médiation pacifique gratuit à tous les résidents de Montréal-Nord» explique la coordonnatrice de l’Institut qui a bénéficié en 2017 d’une subvention de 68 728 $.

Avec sa mini-équipe de deux médiateurs volants, elle travaille à la prévention de l’escalade de violence et à la réparation des relations, principalement sur des cas de conflits interpersonnels entre voisins, avec des représentants d’institution (comme l’arrondissement), avec les corps de police, les commerces et même dans des conflits familiaux ou conjugaux.

«Sans pour autant agir comme des avocats médiateurs pour gérer les pensions alimentaires par exemple, mais plus pour améliorer la communication et la relation sur le long terme», explique celle qui ne peut pas rentrer plus en détail dans les dossiers qui sont confidentiels.

Quand les mots chassent les maux

Au cours des 4 derniers mois, les médiateurs sociaux de l’Institut Pacifique sont intervenus sur 21 cas de conflits à Montréal-Nord, «et 18 de ces dossiers se sont réglés entre neuf jours et deux mois», précise Mme Salagan.

Qu’ils soient référés par d’autres organismes ou qu’ils contactent l’Institut d’eux-mêmes, toutes les personnes qui ont recours à ce service le font sur une base volontaire.

« Il n’y a pas de cadre formel, on essaie de persuader les gens d’utiliser cette forme d’intervention quand ils font face à divers conflits au quotidien au lieu d’avoir recours à des réflexes habituels d’appeler la police ou de saisir la justice», explique Mme Salagan.

Lorsque les médiateurs interviennent, ils agissent en tant que partie tierce impartiale et indépendante pour apaiser les tensions à coup d’échanges et de dialogues entre les personnes impliquées.

«C’est la satisfaction des parties qui vient mettre fin au dossier», précise Mme Salagan «dans les dossiers civils ou commerciaux, les dossiers se terminent lorsqu’on arrive à une entente, mais parfois les gens ne se rendent pas au face à face final, parce que la situation a été réglée avant.»

En d’autres termes, il n’y a pas de recette miracle universelle, les médiateurs y vont au cas par cas et tout le processus repose sur la volonté personnelle de chacun de changer ses habitudes de vie et de communication.

L’organisme qui a ouvert ses portes en 1976 entend poursuivre sa mission pour de nombreuses années. Son expertise en matière de résolution de conflits dépasse aujourd’hui Montréal-Nord pour s’étendre à toute la métropole, à l’ensemble du Québec, ailleurs au Canada et à l’international. Pour poursuivre sur cette lancée, l’Institut Pacifique mène actuellement une large campagne de financement en essayant d’amasser 3,8 M$ d’ici 2020, notamment pour mettre à niveau ses locaux vétustes situés au 2901 boulevard Gouin Est.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!