François Lemieux/TC Media Ayant débuté ses activité en 2015, le groupe Sauvons l'Anse-à-l'Orme a depuis récolté près de 20 000 signatures en opposition au développement immobilier de Pierrefonds-Ouest.

Mobilisés depuis 2015 contre le développement immobilier de Pierrefonds-Ouest, les environnementalistes de l’Ouest-de-l’Île se réjouissent de l’arrivée au pouvoir de Projet Montréal. Non seulement le parti s’oppose à Cap Nature, mais propose d’intégrer les terrains devant être urbanisés dans un vaste parc national.

L’administration de l’ex-maire Denis Coderre avait vanté le méga projet, qui prévoit la construction de 5500 logements sur 185 hectares de terres en friche et boisées de Pierrefonds-Ouest, le qualifiant même d’exemplaire.

Le parti de la nouvelle mairesse Valérie Plante veut, de son côté, ajouter la zone aux parcs déjà existants du Cap Saint-Jacques, de l’Anse à l’Orme, de l’Arboretum Morgan et du Bois-de-la-Roche, pour créer un parc équivalent en superficie aux parcs des Îles de Boucherville et du Mont-Saint-Bruno réunis.

Porte-parole de Sauvons l’Anse-à-l’Orme, groupe qui a amassé près de 20 000 signatures en opposition à Cap Nature depuis deux ans, Sue Stacho est confiante de voir Projet Montréal livrer la marchandise.

«On a beaucoup d’espoir. Beaucoup de gens se sont investis pour contrer le projet. Des efforts sont constamment mis de l’avant par de nombreux gouvernements pour la protection d’espaces verts et d’agrandissement d’espaces où la biodiversité peut fleurir. Le cadre est déjà là. Le fait qu’ils soient partants pour que ça arrive est vraiment tout ce qu’il nous manquait», croit-elle.

Nouvelle politique
À la Coalition verte, le porte-parole David Fletcher espère voir le maire d’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, Dimitrios (Jim) Beis, en arriver à une nouvelle entente et une nouvelle politique concernant Pierrefonds-Ouest.

«Tous les groupes environnementaux de l’île font pression sur le maire Beis. J’espère qu’il sera flexible. Il doit honorer les résultats obtenus par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) où 87% des participants aux audiences étaient en faveur de la conservation. Notre pression continuera. J’espère qu’il aura la sagesse de collaborer de bonne foi», soutient M. Fletcher.

Pour aller de l’avant, le projet Cap Nature doit faire l’objet d’un programme particulier d’urbanisme (PPU) de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro, plan qui doit par la suite être approuvé par la ville-centre.`

M. Beis n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue de TC Media avant l’heure de tombée.

De leur côté, les promoteurs de Cap Nature ont refusé de commenter pour le moment.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!