TC Media - Archives Le vote sur le règlement interdisant les lieux de culte sur l'avenue Bernard a eu lieu ce dimanche.

Le sort du règlement interdisant l’ajout de nouveaux lieux de culte sur l’avenue Bernard à Outremont sera scellé ce dimanche avec la tenue du référendum où deux visions s’affrontent.

Pour les juifs hassidiques, le règlement adopté en mai dernier par une majorité d’élus de l’arrondissement cible de façon discriminatoire leur communauté alors que d’autres citoyens croient que l’avenue Bernard doit rester commerciale.

«Les lieux de cultes ne devraient pas être sur une artère commerciale. Ça peut même nuire. Ce sont des endroits fermés qui ne sont pas propices aux rencontres comme dans une épicerie ou dans un bar», soutient Daniel Major, le porte-parole du comité citoyen pour l’interdiction sur l’avenue Bernard, qui agit à titre de camp du «oui».

Selon les partisans du règlement, l’arrivée de nouveaux lieux de culte sur l’avenue Bernard viendrait rompre une continuité de commerces et gêner «l’animation du domaine public, essentielle à la qualité de la vie du quartier».

Un avis partagé par la présidente de l’Association des commerçants de l’avenue Bernard, Francine Brûlé.

«S’il y a plus de lieux de cultes, ça va devenir une rue de prière qui sera moins festive avec moins de gens qui vont venir de partout sur l’avenue Bernard», avance Mme Brûlé.

Le président de la Coalition des organismes hassidiques d’Outremont, Alex Werzberger, estime plutôt que les synagogues peuvent apporter de l’achalandage et favoriser les commerces.

«Si vous regardez sur l’Avenue du Parc où il y a deux synagogues ouvertes près de Bernard, il n’y a presque pas de magasins sont vides», fait-il valoir.

Membre de la communauté hassidique, Mayer Feig soutient pour sa part qu’il y a eu zéro amélioration en matière commerciale sur l’avenue Van Horne depuis l’interdiction de créer de nouveaux lieux de culte sur cette artère en 1999.

«Il y a encore beaucoup de magasins vides sur Van Horne. Laurier qui n’a pas une seule synagogue, […] il y a la même quantité de locaux vides que sur Bernard», dit-il.

Discriminatoire

Si l’arrondissement assure ne discriminer aucune religion, M. Werzberger juge que l’éventuel règlement cible directement les hassidiques.

Selon lui, la croissance de la population hassidique à Outremont entraîne l’ajout de nouvelles synagogues alors que les églises ferment et que les besoins pour une mosquée semblent inexistants dans l’arrondissement.

Daniel Major suggère que d’autres zones sont possibles pour implanter des lieux de culte dont au nord de l’avenue Van Horne dans le secteur de la rue Durocher.

La plupart des autres espaces proposés dans l’arrondissement sont trop loin, estime M. Werzberger. Il indique que selon la bible, les juifs orthodoxes ne peuvent utiliser la voiture lors du Chabbat et des fêtes juives.

«L’hiver quand c’est 25 en dessous zéro et avec la neige, on n’est pas intéressés à marcher 20-25 minutes», mentionne M. Werzberger.

Référendum

Le vote se tiendra au Centre d’éducation des adultes Outremont sur le boulevard Dollard entre 10 h et 20 h. Ce sont les résidents et propriétaires d’entreprises situés sur les rues avoisinantes de l’avenue Bernard, entre les rues Hutchison et l’avenue McEachran, qui pourront voter, ce 20 novembre.

La question référendaire soumise est: «Approuvez-vous le Règlement AO-320-B qui a pour objet d’interdire l’usage « culte et religion » dans la zone C-2, qui comprend l’avenue Bernard?»

La tenue d’un référendum fait suite au nombre de signatures obtenues lors du registre en septembre.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus