TC Media - FELIX O.J. FOURNIER Les copropriétaires du restaurant Chez Lévêque déplorent que la Ville de l'ait pas averti de sa consommation d'eau. Conséquence, il a reçu une facture salée de 8000$ pour environ quatre mois d'utilisation.

Après que certains de ses membres se soient vu refiler une facture d’au moins 7000$  pour seulement trois mois de service, l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) réclame à Outremont de réduire de moitié sa tarification de consommation d’eau, la deuxième plus élevée à Montréal.

L’ARQ avance que le tarif plus haut que dans les autres quartiers à proximité pourrait faire fuir certains établissements de l’arrondissement.

Plusieurs restaurateurs d’Outremont ont fait part à l’ARQ du «coût important» qui leur est désormais imposé pour la consommation d’eau dans leur commerce depuis l’installation de compteurs.

Dans une lettre envoyée aux élues au début du mois, l’ARQ réclame une harmonisation du tarif avec celui des arrondissements centraux tels que Rosemont-La-Petite-Patrie, Ville-Marie, Hochelage-Maisonneuve et Plateau-Mont-Royal.

Là-bas, le coût est de 0,22$ par mètre cube après une consommation excédant 100 000 m3, la moitié du tarif actuellement imposé dans l’arrondissement de Marie Cinq-Mars.

«[Ce] serait une solution qui permettrait aux petits commerces de la restauration de souffler quelque peu tout en respectant l’orientation désirée de responsabiliser les consommateurs d’eau», écrit l’association.

«Faramineux»

Propriétaires depuis 45 ans du restaurant Chez Lévêque, unevéritable institution sur l’avenue Laurier Ouest, Patricia et Pierre Lévêque, ont sursauté en recevant leur premier compte en mars, six mois après avoir installé leur compteur d’eau. Leur facture s’est élevée à près de 8000$ pour juin à octobre.

«C’est faramineux pour le restaurant», dénonce Patricia Lévêque.

L’ARQ soutient que la rentabilité des restaurants est affectée alors que les marges bénéficiaires des restaurateurs montréalais avoisinent aujourd’hui le 3%.

«On va être obligé de faire des compromis. On va devoir augmenter les factures des clients», Pierre Lévêque, propriétaire.

Après inspection, l’importante consommation du restaurant provient des moteurs à eau de leurs frigidaires. Les deux propriétaires sont actuellement à les remplacer par des moteurs à air.

Les Lévêque reprochent par ailleurs à la Ville de Montréal, responsable des compteurs, de ne pas les avoir informés sur leur consommation d’eau à la suite d l’installation du compteur.

«Si on avait reçu le mois suivant la consommation qu’ils ont enregistrée, on aurait déjà économisé énormément en changeant les moteurs», fait valoir M. Lévêque.

Déménager

Selon l’ARQ, devant le marché hautement concurrentiel de Montréal, la situation d’Outremont devient moins avantageuse et certains pourraient songer à déménager dans un arrondissement où la facture est moins salée.

«Peut-être que certains nouveaux restaurateurs qui veulent se partir en affaires et qui sont conscients de cette tarification seront plus intéressés à s’installer de l’autre côté de l’avenue du Parc, côté Plateau-Mont-Royal que côté Outremont», ajoute le porte-parole de l’ARQ, Martin Vézina.

Pour sa part, M. Lévêque réfléchit à faire appel à un avocat pour contester son compte d’eau.

À qui la responsabilité?

La mairesse Marie Cinq-Mars ne veut pas se prononcer sur le dossier puisque la tarification de l’eau est sous la responsabilité de la ville-centre.

Appelé à commenter vendredi dernier, un porte-parole de Montréal a pour sa part signifié qu’il s’agissait d’une compétence des arrondissements avant de se raviser quelques jours plus tard, ne sachant pas à qui revenait la responsabilité.

Questionnée par TC Media sur les demandes de l’ARQ, une conseillère d’Outremont a aussi admis ne pas être au courant de l’existence d’une tarification de l’eau dans l’arrondissement.

Mardi soir, la Ville a finalement confirmé que les taxes et tarifs liés à l’eau étaient de sa juridiction.

Avant les fusions de 2001, chacune des anciennes villes avait adopté une tarification différente pour l’eau. Montréal informe que ces tarifs seront harmonisés d’ici le 1er janvier 2022 sans pouvoir préciser s’ils rejoindront  le même niveau des arrondissements centraux.

Dans un souci d’égalité, la Ville affirme pour le moment diminuer son taux de la taxe foncière sur l’eau dans les quartiers où la tarification sur la consommation est plus élevée.

«Même si leurs structures fiscales diffèrent, les contribuables de différents secteurs de la Ville de Montréal contribuent de façon équivalente au financement des services de l’eau», soutient le porte-parole à la Ville, Philippe Sabourin.

Même si l’enjeu est maintenant une compétence de la ville-centre, l’ARQ estime que les élues d’Outremont «doivent porter le dossier».

Après le secteur Saint-Pierre à Lachine où le coût est de 0,90$/m3, le tarif par mètre cube d’Outremont est le plus élevé de la ville de Montréal.

 0,44$

Le tarif pour chaque mètre cube consommé par un immeuble non résidentiel à Outremont.  Les propriétaires comptent toutefois sur un rabais de 0,10$ pour chaque tranche de 100$ d’évaluation.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!