TC Media – Frédéric Lacroix-Couture Tout au long de l'été, Julie Segal et Alice Lefèvre font partie des dizaines de jeunes Montréalais qui vont conscientiser la population à la protection de l'environnement.

Julie Segal et Alice Lefèvre parcourront jusqu’à la mi-août les rues d’Outremont afin de sensibiliser les citoyens à différents thèmes écologiques.

Depuis juin, ces deux étudiantes universitaires forment la première patrouille verte de l’arrondissement.

Sous le Regroupement des éco-quartiers (REQ) et dans le cadre d’un programme d’éducation environnementale, elles ont notamment le mandat de renseigner la population sur la gestion des matières résiduelles, l’agrile du frêne et l’utilisation efficace de l’eau à travers des activités, des kiosques et du porte-à-porte.

«On a eu deux jours de formation. On a visité un centre d’enfouissement et l’usine de tri et de recyclage. Après, notre mission est de transmettre ces informations et de faire du travail de terrain», explique Alice.

Le 29 juin, elle et sa collègue tenaient un kiosque à la sortie de la station de métro, sur l’avenue Van Horne. En pleine cohue du déménagement, elles abordaient les passants, leur parlant des alternatives à la poubelle quand vient le temps de se départir d’objets.

La patrouille verte intervient aussi auprès des jeunes. Le duo a récemment fait une activité à la piscine du parc John-F.-Kennedy où les enfants devaient trier différents objets dans les bons bacs.

«L’éducation environnementale est importante pour entraîner un changement positif», fait valoir Julie.

Éco-quartier

Sans éco-quartier à Outremont, les deux jeunes femmes ont dû mettre les bouchées doubles pour monter la patrouille et se faire connaître.

Leur rêve est de voir l’implantation d’un tel programme du REQ dans l’arrondissement. La mission des éco-quartiers est de promouvoir l’«écocivisme» par différentes actions comme la tenue de corvée de nettoyage, la distribution de bacs de recyclage et l’embellissement des quartiers avec la plantation de fleurs.

À court terme, les étudiantes espèrent que la patrouille verte reviendra tous les étés.

«Notre plus grand rêve fou, ce serait qu’un groupe de citoyens disent qu’il doit y avoir ça à l’année longue et qu’il faudrait qu’on se fasse un éco-quartier. Ce serait extraordinaire», précise Alice.

La Patrouille verte existe depuis 13 ans à Montréal. Au cours des prochaines semaines, une soixantaine de jeunes de 17 à 30 ans portent le titre d’ambassadeurs du développement  durable dans 18 arrondissements et quatre villes liées.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!