Gracieuseté - Michel Plourde Lors des fouilles en juillet, les archéologues sont seulement tombés sur des petits fragments de céramiques et de métal

Les recherches pour tenter de trouver des vestiges de l’ancien village amérindien Hochelaga se poursuivront finalement pour encore deux semaines à Outremont. Le projet archéologique, qui ne devait durer que quelques jours au début de l’été, a été prolongé grâce au grand intérêt démontré par des citoyens et des élus.

L’équipe du professeur au département d’anthropologie de l’Université de Montréal, Christian Gates St-Pierre, creusera cette fois-ci les sols des parcs Beaubien, François-Xavier-Garneau et Oakwood, du 14 au 25 août.

Malgré le fait qu’aucun vestige amérindien n’ait été détecté lors des fouilles menées au début de l’été dans les parcs Outremont et Pratt, M. Gates St-Pierre souhaite poursuivre l’enquête dans l’arrondissement.

«Il y a une possibilité que le village d’Hochelaga s’y trouve, mais je n’en suis pas convaincu. Toutefois, ce dont je suis un peu plus certain, c’est qu’il y a eu des sites amérindiens à Outremont. Ça, c’est clair, il y en a eu partout sur la montagne», affirme-t-il.

Ces fouilles s’inscrivent dans l’un des volets du projet de recherche Hochelaga qui vise à mieux documenter la présence amérindienne à Montréal.

Leur mission première est de tester les hypothèses sur l’emplacement de la bourgade iroquoienne visitée par Jacques Cartier en 1535.

Selon les récits du navigateur, il aurait aperçu les installations des Iroquois au pied du mont Royal, mais le lieu exact demeure imprécis.

Engouement citoyen

Les recherches devaient se déplacer du côté de l’Université McGill pour août. Cependant, cette étape a été remise à l’an prochain en raison du départ du professeur de l’université anglophone avec qui l’équipe de l’UdeM collaborait pour les futures recherches.

L’intérêt des Outremontais envers le projet archéologique a incité les archéologues à continuer dans l’arrondissement.

Le choix des trois nouveaux lieux de fouilles provient de résidents de l’arrondissement, fort intéressés par le projet archéologique.

«Il y a beaucoup de gens qui sont venus voir les archéologues sur le site. Ils ont proposé toute sorte d’autres parcs. Ça a suscité beaucoup d’enthousiasme», raconte M. Gates St-Pierre, qui a même reçu des courriels de citoyens proposant leurs hypothèses.

Il indique que le journaliste Normand Lester et la mairesse Marie Cinq-Mars y sont aussi allés de leurs suggestions.

Craignant d’abord un mécontentement chez les citoyens à cause des trous, le professeur s’est dit surpris de cet enthousiasme. Il est plutôt rare que les citoyens apportent leurs propositions lors de fouilles archéologiques, indique par expérience M. Gates St-Pierre.

Artefacts

Lors des fouilles en juillet, les archéologues sont seulement tombés sur des petits fragments de céramiques et de métal.

«On a trouvé dans le parc Outremont quelques petits objets qui datent plus du 19e siècle qu’on va quand même prendre le temps d’analyser», mentionne l’anthropologue.

L’équipe d’archéologues déposera d’ici juillet 2018 un rapport sur leurs recherches.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!