Gracieuseté Marc Drolet, qui réside à Outremont depuis 20 ans, a été nommé directeur général par le conseil d'administration du Conseil québécois sur le tabac et la santé.

Arrivé à la tête du Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) en juillet, Marc Drolet a un ambitieux objectif: faire chuter le taux de tabagisme de 18,6% à 10% d’ici 2025.

Le résident d’Outremont connaît bien les effets néfastes de la cigarette. Il a vu dans le passé des membres de sa famille mourir en raison du tabac.

«Mon père a fumé toute sa vie. Il est mort prématurément à 68 ans. J’ai vécu de proche les problèmes de santé qu’il a eus. Ma mère est décédée d’un cancer du côlon et elle a fumé un peu», raconte le nouveau directeur général du CQTS.

M. Drolet fait valoir que le tabac tue 10 400 Québécois chaque année.

Au cours de son mandat, il entend faire pression sur le gouvernement pour hausser les taxes sur les paquets de cigarettes. Le CQTS réclame une augmentation de 1$ par paquet.

«C’est significatif comme argent qui pourrait aider à soutenir la lutte», mentionne-t-il.

La taxe québécoise actuelle sur une cartouche est de 29.80$ alors que la moyenne canadienne s’élève à un peu plus de 50$. Selon le CQTS, une hausse du prix pourrait réduire le nombre de fumeurs de 100 000.

L’Outremontais mentionne aussi qu’il existe des campagnes de sensibilisation et des outils d’aide permettant aux fumeurs de décrocher de leurs mauvaises habitudes.

Vocation

Le parcours professionnel des 15 dernières années de Marc Drolet est marqué par une implication à l’égard du domaine de la santé et du bien-être.

Il a travaillé comme gestionnaire au sein d’organismes de bienfaisances tels que Centraide, la Société canadienne du cancer (SCC) et Handicap International.

«C’est une volonté de redonner à la société. Les salaires ne sont pas très élevés en général dans ce secteur, mais c’est un choix de vie que j’ai fait en 2002», affirme l’homme de 64 ans.

C’est d’ailleurs en occupant les fonctions de directeur des affaires publiques de la SCC que le Montréalais a côtoyé des intervenants du Conseil québécois sur le tabac et a été sensibilisé à leur rôle.

Cannabis

M. Drolet fera une première intervention publique dans le cadre des consultations publiques menées par Québec concernant l’encadrement du cannabis dans la province.

Il déposera le 8 septembre un mémoire au provincial au nom du conseil dans lequel il demandera à ce que les restrictions de la loi québécoise sur le tabagisme  s’appliquent à la marijuana.

Pour lui, cette drogue et le tabagisme représentent le même combat.

«Ce sont des substances qui sont inhalées et les deux font des dommages, non seulement sur l’environnement, mais aussi sur la santé de façon significative», soutient-il.

Marc Drolet plaidera notamment pour que l’âge légal à la consommation s’établisse à 21 ans, un minimum qu’il aimerait aussi voir appliquer pour la cigarette et l’alcool à cause des méfaits sur le cerveau qui se développe jusqu’à 25 ans. Il se base ainsi sur un avis de l’Association canadienne des psychiatres.

Cette tournée du gouvernement Couillard à travers la province se fait en lien avec le projet de loi du fédéral pour légaliser le cannabis au pays.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!