Gracieuseté Le mystère persiste quant à la découverte du village Hochelaga visité par Jacques Cartier en 1535, mais les archéologues restent optimistes.

Les dernières fouilles archéologiques de l’été visant à retrouver le village Hochelaga n’ont pas porté leurs fruits. Si le mystère persiste, les archéologues demeurent optimistes.

«Nous n’avons malheureusement pas trouvé de vestiges amérindiens, mais dans ce métier, il ne faut pas être déçu de ne pas trouver du premier coup», lance le professeur au département d’anthropologie de l’Université de Montréal, Christian Gates St-Pierre. Il a présenté les résultats de ses recherches à la salle du conseil d’Outremont, le 29 septembre, à l’occasion des Journées de la Culture.

Avec son équipe, M. Gates St-Pierre a investigué les parcs Beaubien, François-Xavier-Garneau, Pratt et Oakwood afin de retrouver l’emplacement exact du village iroquoien visité par Jacques Cartier en 1535, en vain.

Ils y ont toutefois découvert des artéfacts d’origine euro-canadienne datant du 19e siècle qu’ils analyseront dans les mois à venir.

Pour l’anthropologue, le bilan reste positif malgré tout, car le projet aura permis de tester l’une des hypothèses de recherche, de sensibiliser le public au patrimoine archéologique et de documenter l’histoire et la culturelle matérielle du 19e siècle.

Prochaine étape
Les recherches continueront l’été prochain dans l’arrondissement. «On sait qu’il existe des vestiges, cela garde vivante la flamme pour trouver des sites à Outremont et ailleurs», dit-il. Un archéologue, Vladimir Molina, a justement retrouvé un fragment de poterie amérindienne cet été, indépendamment du projet.

L’équipe pourrait aller creuser du côté du parc Beaubien, du parc Joyce et du boisé situé non loin du bâtiment des Hautes études commerciales (HEC) Montréal.

L’hypothèse que le Village Hochelaga soit le site Dawson, un ancien village iroquoien adjacent au mont Royal et situé sur le campus de l’Université McGill, est elle aussi toujours étudiée. «Nous aimerions faire de plus amples recherches là-bas, car les analyses qui y ont été faites ne sont pas assez précises pour déterminer s’il s’agirait ou non du Village Hochelaga», indique le professeur.

En tout, ce sont 18 endroits à Montréal qui ont été identifiés pour de potentielles fouilles archéologiques, impliquant des communautés autochtones et de nombreux citoyens intéressés.

Ces fouilles font partie de l’un des volets du projet Hochelaga dont l’objectif est de mieux documenter la présence amérindienne à Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!