Vivian Doan Le Quaturo Voxpopuli existe depuis 2016. Ils récoltent beaucoup de succès avec cette formule de spectacle de musique de chambre pour grand public. (De bas en haut, de gauche à droite) Patrick Mathieu (conférencier), Ioav Bronchti, Uliana Drugova, Bojana Milinov et Antoine Bareil.

Rien n’est immuable, même pas la musique classique. Il fallait juste y penser; quatre excellents musiciens, des artistes invités, un raconteur hors pair, les plus beaux airs de Mozart et Beethoven ainsi qu’un public curieux.

S’ils se servaient au passage en proposant une formule qui leur assurerait une certaine sécurité, cette formule de concerts Voxpopuli présentée à l’École de musique Vincent-d’Indy avec le quatuor Voxpopuli, permet aussi au public visé de sortir du contexte intimidant des concerts pour connaisseurs et initiés.

C’est pendant une soirée animée que Patrick Mathieu, compositeur et conférencier, et Ioav Bronchti, musicien et juriste, ont eu cet éclair de génie. Pourquoi ne pas monter un concert de musique de chambre accessible à tous où ils joueraient le grand répertoire; le 15e quatuor de Beethoven op.132, le quatuor Les dissonances ou le quintette pour clarinette de Mozart, etc. «On trouvait que ses airs n’étaient pas assez joués. On a pensé à offrir des séries de concerts dont les spectateurs achèteraient les billets pour assister à chaque série. Cette formule existait dans d’autres types de spectacles, mais pas dans la musique classique» mentionne fièrement Ioav Bronchti.

Décoincer la musique

En première partie, ils jouent des grands airs entrecoupés des commentaires, récits et anecdotes, parfois même croustillantes, de Patrick Mathieu du compositeur en vedette. Et, en deuxième partie, ils jouent au complet l’un des grands airs de celui-ci, sans narration, permettant aux spectateurs de goûter entièrement à la beauté de l’œuvre.
«En installant bien le contexte, nous savions que cela nous permettrait de jouer quelque chose de moins accessible et que le public serait plus facilement capable de se concentrer pendant 40 minutes en imaginant l’univers du compositeur à ce moment-là.»

Si cette façon de mieux faire connaître et apprécier la musique classique, longtemps considérée comme élitiste, n’est pas nouvelle en soi, cette formule proposée de démocratisation des grands airs, elle, est cependant purement québécoise. «Elle est issue d’un organisme, opéra théâtre Vox Populi, que j’ai cofondé en 2006 avec le regretté Paul Buissonneau. On y crée des opéras pour jeune public. Notre mission est d’offrir la culture aux gens qui ne la fréquentent pas afin qu’elle devienne un des grands bonheurs de la vie», raconte Patrick Mathieu.

En notes et anecdotes

Ioav Bronchti ne tarit pas d’éloges pour le célèbre conférencier. «Moi, je l’appelle le pouilleux érudit. Il n’a l’air de rien, mais il en connaît plus que tout le monde. Il obtient le respect même des plus mélomanes. Le public le décrit comme un conteur.» Tout comme des concerts d’André Rieux ou de la Pietà, ils ont fait des réarrangements musicaux plus simples à écouter. Cela permet aux gens de rentrer plus facilement dans la musique.
Le Quatuor Voxpopuli est composé d’Antoine Bareil – premier violon, Uliana Drugova – second violon, Bojana Milinov – alto, et Ioav Bronchti – violoncelliste. À eux s’ajoutent des musiciens et/ou chanteurs invités.

En 2017, les 250 places des séries de concerts Voxpopuli se sont envolées en un temps record. Cette année, une série de neuf concerts sont au programme.

Concerts Voxpopuli, à la salle Marie-Stéphane de l’École de musique Vincent-d’Indy, 628, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Outremont.

Le cas Mozart – 2 violons, alto, violoncelle, piano, clarinette et chant. Les mardis 20 mars, 3 avril et 1er mai, 19h. Les mercredis 21 mars, 4 avril et 2 mai, 19h.

Le cas Beethoven – quatuor à cordes voxpopuli et invités. Les mercredis 28 mars, 11 avril et 30 mai, 19h. Conférencier Patrick Mathieu.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!