(Archives/TC Media) Les points restants à l'ordre du jour de la dernière séance du conseil seront discutés le 6 février à partir de 9h, a annoncé la mairesse Marie Cinq-Mars.

Le conseil d’arrondissement du 2 février, à Outremont, a été écourté à la suite du départ volontaire de deux conseillères indépendantes. La mairesse d’Outremont qualifie «d’irresponsable» ce comportement qui générera des frais de 1600$ à la mairie.

Aux alentours de 20h45, un coup d’éclat surgit. La conseillère Jacqueline Gremaud se lève de sa chaise, prend sa sacoche et se retire du processus de vote entamé au sujet de l’attribution des vignettes universelles à un projet d’autopartage. Son départ n’a rien à voir avec le projet en lui-même, assure-t-elle à TC Media.

Quelques instants plus tard, la conseillère Céline Forget se retire, à son tour, en lançant «si ça veut dire que mon vote n’est pas utile».

D’un ton contrarié, la mairesse d’Outremont, Marie Cinq-Mars, décrie en séance que les conseillères doivent prendre «leurs responsabilités et rester pour voter». Dans l’absence d’un quorum, la séance est reportée au 6 février, à 9h. Cela occasionnera des coûts de 1600$ à l’arrondissement, déclare la mairesse. Ce qu’elle trouve regrettable alors «qu’il ne restait que trois points à l’ordre du jour».

La mairesse considère les départs hâtifs de Mme Forget et Mme Gremaud comme des «gestes irresponsables et indignes d’un élu».

«Je n’ai pas eu le choix»
La candidate indépendante, Jacqueline Gremaud, assure que son geste n’était pas prémédité. «J’ai quitté parce que je n’avais pas d’autres choix», balbutie-t-elle.

Le point en discussion, lors de la sortie subite de Mme Gremaud, était la possibilité d’assigner des vignettes universelles aux voitures libre-service dans le district Robert-Bourassa. Une zone près de l’Université de Montréal, qu’elle juge «délicate» en raison du flux de circulation élevé. Elle insiste pour souligner toutefois qu’elle n’est pas contre ce projet, bien au contraire.

L’indignation de Mme Gremaud se rapporte plutôt à l’attitude opportuniste de la mairesse, fait-elle comprendre. «Elle semble profiter du poste vacant au conseil pour faire valoir ses intérêts», décrie-t-elle. «Mon vote ne sert pas à grand-chose. Ma présence ne sert qu’à avoir le quorum et non pas à servir les citoyens», pense-t-elle. Malgré tout, elle a bien l’intention de se présenter à la séance du 6 février afin de poursuivre avec les dossiers, car elle ne souhaite pas pénaliser les résidents.

Poste vacant au conseil
L’absence actuelle d’un conseiller pour ce district, suite à la démission de Lucie Cardyn, rend l’exercice non-démocratique, selon la conseillère indépendante. «On devrait attendre l’arrivée d’un conseiller avant de prendre des décisions pour ce district. D’autant plus que ce n’est pas un dossier urgent. On pourrait, du moins, consulter les citoyens pour avoir leur avis», indique-t-elle.

Lors de la séance de conseil, la mairesse d’Outremont a aussi réussi à faire passer une résolution pour que les écoles puissent faire exception à l’article sur la nuisance des bruits, lors d’activités festives et sociales. Un dossier qui a été écarté lors de deux conseils précédents. Cette fois, la mairesse a ramené le point et a eu gain de cause en raison de son pouvoir, en tant que mairesse, de faire valoir son vote unique pour deux votes.

Les séances de conseil de l’arrondissement d’Outremont sont disponibles en direct sur Internet à partir du site: www.ville.montreal.qc.ca.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus