Josie Desmarais/Métro Brasserie Molson de la rue Notre-Dame

La brasserie Molson Coors cause la déception à Montréal et particulièrement dans l’est de la métropole en annonçant avoir soumis une offre d’achat de terrain à la Ville de Longueuil.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a pris acte «avec regret» de l’intention de Molson. Elle indique avoir fait des représentations auprès de la famille Molson et des gestionnaires de l’entreprise dès son arrivée en poste.

«Malheureusement, l’offre bonifiée que nous avons soumise n’a pu être étudiée par le conseil d’administration de la brasserie Molson Coors, qui avait déjà pris sa décision», a déclaré la nouvelle mairesse, dans un communiqué.

Le futur déménagement de l’entreprise de plus de 1000 emplois est qualifié de «coup dur», qui «aura d’importantes conséquences» pour l’économie de l’est de Montréal, «comme ce fut le cas» lors des fermetures de la raffinerie Shell en 2010, de l’usine de sécheuses Mabe en 2014 et de l’usine de biscuits Modelez cette année.

«Il est essentiel d’avoir des incitatifs spécifiques à l’Est et d’aménager les terrains industriels vacants afin qu’ils soient prêts à être utilisés par de nouvelles entreprises, notamment en les décontaminant et en construisant les infrastructures publiques nécessaires» a indiqué la PDG de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, Christine Fréchette.


À ce sujet:


«Bien dommage»
L’annonce de Molson est venue confirmer des informations rapportées deux semaines auparavant par différents médias.

Des informations que le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, qualifiait de «bien dommage», lui qui espérait appâter Molson dans sa ville.

D’autres municipalités tentaient d’attirer la brasserie depuis que ses dirigeants avaient annoncé, en juillet dernier, leurs intentions de construire de nouvelles installations plutôt que de moderniser celles de la rue Notre-Dame et de la rue Dickson à Montréal.

Quel avenir?
En ce qui concerne le site de sa brasserie fondée en 1786 à Montréal, Molson évoque, dans son communiqué publié mardi, des discussions au sujet d’un «projet de développement urbain».

Le site riverain a un «immense» potentiel de développement économique et social, selon la mairesse Plante.

«Qu’il s’agisse de redonner accès au fleuve aux Montréalais et aux Montréalaises, de bâtir un nouveau quartier familial, ou encore de créer un nouveau pôle d’emploi, plus connecté à la réalité économique du Montréal d’aujourd’hui et de demain, le redéveloppement du site de la rue Notre-Dame nous permettra de redonner ce secteur industriel à la population», a-t-elle déclaré.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!